Publicité

Henry Kissinger, figure controversée de la diplomatie américaine, est décédé

Le diplomate américain Henry Kissinger avait initié le rapprochement avec Moscou et Pékin dans les années 1970, mais son image reste aussi liée à des épisodes sombres de l'histoire des États-Unis. ©AFP

Acteur incontournable de la diplomatie mondiale pendant la guerre froide, l'ex-secrétaire d'État américain Henry Kissinger est décédé mercredi à l'âge de 100 ans.

Henry Kissinger, grande figure controversée de la diplomatie américaine et secrétaire d'État sous Richard Nixon et Gerald Ford, est mort, mercredi, à l'âge de 100 ans, a annoncé son organisation.

Henry Kissinger "est mort aujourd'hui dans sa maison du Connecticut", a indiqué son cabinet de conseil Kissinger Associates dans un communiqué, sans préciser la raison du décès de cet acteur incontournable de la diplomatie mondiale pendant la guerre froide.

Avec son décès, "l'Amérique a perdu l'une de ses voix les plus sûres et les plus écoutées en politique étrangère", a salué, dans un communiqué, l'ancien président américain George W. Bush, républicain, comme lui.

Actions controversées

Initiant le rapprochement avec Moscou et Pékin dans les années 1970, Henry Kissinger a vu son image ternie par des pages sombres de l'histoire des États-Unis, comme le soutien au coup d'État de 1973 au Chili ou l'invasion du Timor oriental en 1975 et, bien sûr, la guerre du Vietnam.

Fascinant ses publics par sa longévité et sa vaste expérience, il était admiré par les uns comme un grand sage, détesté par les autres qui voyaient en lui un criminel de guerre.

Il a joué un rôle clé dans le dégel des relations américaines avec la Chine de Mao en effectuant des voyages secrets pour organiser la visite historique de Richard Nixon à Pékin en 1972.

Main tendue à la Chine

L'homme, qui avait fêté ses 100 ans en mai, avait conservé l'oreille des grands de ce monde, bien des décennies après avoir quitté ses responsabilités dans les affaires internationales. Il s'était ainsi rendu à Pékin en juillet pour s'entretenir avec le président chinois Xi Jinping, qui avait salué à cette occasion un "diplomate de légende".

Henry Kissinger avait encore rencontré le président chinois Xi Jinping à Pékin en juillet dernier. ©AFP

Jeudi, l'ambassadeur de Chine aux États-Unis, Xie Feng, a qualifié de "perte énorme" la disparition de l'ancien secrétaire d'État. "Je suis profondément bouleversé et attristé", a écrit le diplomate chinois sur X.

La Chine occupe une place à part dans la carrière d'Henry Kissinger. Il a joué un rôle clé dans le dégel des relations américaines avec la Chine de Mao en effectuant des voyages secrets pour organiser la visite historique de Richard Nixon à Pékin en 1972.

Cette main tendue à la Chine a mis fin à l'isolement du géant asiatique et contribué à la montée en puissance de Pékin, d'abord économique, sur la scène mondiale.

Autre contribution importante: il a mené, toujours dans le plus grand secret et parallèlement aux bombardements de Hanoï, des négociations pour mettre fin à la guerre du Vietnam.

Henry Kissinger est également reconnu aux États-Unis pour son rôle de médiateur entre Israël et les pays arabes. En 1973, après l'attaque surprise de pays arabes lors de la fête juive de Yom Kippour en Israël, il organisa notamment un pont aérien massif pour ravitailler l'allié israélien en armes.

L'ancien président israélien Shimon Peres avait décerné la médaille présidentielle de l'honneur à Henry Kissinger en juin 2012. ©REUTERS

Henry Kissinger fut appelé à la Maison-Blanche par Richard Nixon en 1969 comme conseiller à la sécurité nationale, puis comme secrétaire d'État, cumulant les deux postes de 1973 à 1975.

Un prix Nobel de la paix controversé

Juif allemand né en 1923 en Bavière, Heinz Alfred Kissinger fuit l'Allemagne nazie et est naturalisé américain à l'âge de 20 ans. Fils d'instituteur, il avait intégré le contre-espionnage militaire et l'armée américaine avant de poursuivre de brillantes études à Harvard, où il a par la suite enseigné.

Reconnaissable à sa grosse monture de lunettes, il s'est imposé comme le visage de la diplomatie mondiale lorsque le républicain Richard Nixon l'a appelé à la Maison-Blanche en 1969 comme conseiller à la sécurité nationale, puis comme secrétaire d'État, cumulant les deux postes de 1973 à 1975.

Le président Richard Nixon et Henry Kissinger, alors conseiller à la sécurité nationale, à bord d'Air Force One lors d'un voyage vers la Chine en février 1972. ©via REUTERS

Il survivra au départ de M. Nixon — qui démissionna en 1974 en raison du scandale du Watergate — et resta maître de la diplomatie sous son successeur Gerald Ford jusqu'en 1977.

La signature d'un cessez-le-feu lui a valu le prix Nobel de la paix avec le dirigeant Nord-Vietnamien en 1973, l'un des plus controversés dans l'histoire du Nobel. Le Duc Tho refusa le prix, arguant que la trêve négociée n'était pas respectée, et Henry Kissinger n'osa pas se rendre à Oslo, de peur des manifestations.

Publicité
Messages sponsorisés