Inculper Donald Trump n'était "pas une option" légale, selon le procureur Mueller

Robert Mueller ©REUTERS

Pour le procureur spécial Robert Mueller, en charge du dossier Russiagate aux Etats-Unis, il y a bien eu des interférences de la Russie dans l'élection présidentielle américaine de 2016. Donald Trump n'a toutefois "commis aucun crime", a-t-il souligné une nouvelle fois.

Il y a eu des "efforts multiples et systématiques d'interférer dans notre élection", a déclaré le procureur spécial Robert Mueller, lors de sa première déclaration publique sur l'enquête russe, à propos du Russiagate  - les soupçons de collusion entre Moscou et l'équipe de campagne de Donald Trump -, aux Etats-Unis. L'inculpation du président en exercice n'était "pas une option" légale.

L'ancien chef du FBI a, en revanche, réitéré une des conclusions de son rapport selon laquelle il ne pouvait exonérer le président américain de soupçons d'entrave à la justice. "Si nous avions eu la conviction que le président n'avait clairement pas commis un délit, nous l'aurions dit", a estimé Mueller.

Robert Mueller a également indiqué qu'il ne jugeait pas "approprié" de témoigner au Congrès, malgré le souhait des démocrates de l'entendre sur son enquête.

Démission

Le procureur spécial a également annoncé que "l'enquête est terminée et nous la clôturons". Robert Mueller a également déclaré qu'il démissionnait du ministère de la Justice pour retourner à sa "vie personnelle".

"Rien ne change dans le rapport Mueller. Il n’y avait pas suffisamment de preuves et, par conséquent, dans notre pays, une personne est innocente. L’affaire est close! Je vous remercie", a réagi Donald Trump sur Twitter.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés