Joe Biden épingle l'"incroyable irresponsabilité" de Donald Trump

"Il est difficile de comprendre comment cet homme raisonne", a lancé le président élu Joe Biden, en faisant allusion au comportement de Donald Trump. ©Photo News

Joe Biden s'indigne du refus de l'administration Trump à coopérer pour assurer la transition alors que sa victoire dans l'État de Géorgie à la présidentielle US vient d'être confirmée.

"Je pense que les Américains sont les témoins d'une incroyable irresponsabilité, de messages incroyablement préjudiciables envoyés au reste du monde sur le fonctionnement de la démocratie." Joe Biden, qui doit entrer à la Maison-Blanche le 20 janvier prochain, commence à s'impatienter. Il faut dire que Donald Trump lui met toujours plus de bâtons dans les roues. Les obstacles s'accumulent et le futur président dénonce publiquement l'attitude du milliardaire républicain.

Les membres de l'administration Trump chargés de superviser la distribution du futur de vaccin contre le Covid n'ont informé personne de leurs travaux au sein de l'équipe du président élu Joe Biden.

Depuis son fief de Wilmington, dans le Delaware, Joe Biden a encore lancé: "Il est difficile de comprendre comment cet homme raisonne. Je suis convaincu qu'il sait qu'il a perdu et que je prêterai serment le 20 janvier. Ce qu'il fait est tout simplement scandaleux."

Entre autres exemples, les membres de l'administration Trump chargés de superviser la distribution du futur vaccin contre le Covid n'ont informé personne de leurs travaux au sein de l'équipe du président élu Joe Biden et n'ont pas l'intention de le faire, selon des sénateurs démocrates.

Confirmation en Géorgie

Pourtant, la victoire du candidat démocrate, qui fête ses 78 ans ce vendredi, vient d'être confortée par un recomptage des bulletins en Géorgie. Le dépouillement ne lui avait donné que 14.000 voix d'avance sur le président sortant. Vu l'étroitesse de cet écart, un recomptage à la main a eu lieu, qui donne au final 12.200 voix d'avance à Joe Biden.

La différence s'explique par la prise en compte de 6.000 bulletins de vote supplémentaires découverts dans deux comtés à majorité républicaine. Mais une responsable de la campagne Trump a déjà averti: "Ce soi-disant recomptage manuel s'est déroulé exactement comme prévu, car la Géorgie a tout simplement recompté tous les suffrages illégaux." L'équipe de campagne compte bien "explorer toutes les options juridiques".

6 millions
de voix d'écart
Joe Biden a remporté près de 80 millions de voix lors du scrutin présidentiel, contre un peu moins de 74 millions pour Donald Trump.

"Il sait qu'il a perdu"

Au niveau national, Joe Biden a remporté près de 80 millions de voix lors du scrutin du 3 novembre, contre un peu moins de 74 millions pour le milliardaire républicain. Mais Trump continue tant et plus à accuser.

Le président et ses alliés avaient ainsi déposé toute une série de recours en Pennsylvanie, dans le Michigan, l'Arizona et le Nevada. Certains ont été rejetés par les tribunaux, d'autres retirés par les intéressés (dans le Michigan notamment), mais l'avocat du président Rudy Giuliani continue à défendre la version présidentielle. Cette semaine, pour la première fois depuis des décennies, l'ancien maire de New York a même plaidé devant un juge fédéral, sans apporter d'éléments matériels.

"Il est difficile d'imaginer une action pire et plus antidémocratique de la part d'un président américain."
Mitt Romney
Sénateur républicain

Jeudi, Giuliani a exploité les théories conspirationnistes accusant le Venezuela ou le philanthrope George Soros d'avoir participé à une fraude organisée, selon lui, par "des chefs démocrates", avec la complicité de Joe Biden lui-même. Pendant qu'il parlait, Donald Trump tweetait. "Affaire classée de fraude électorale, en masse!"

Mitt Romney s'indigne

Au sein même du parti républicain, on s'inquiète. Le sénateur Mitt Romney, un ex-candidat à la Maison-Blanche qui n'est pas fan de Trump, a accusé celui-ci d'exercer "des pressions manifestes sur les autorités nationales et locales pour renverser la volonté du peuple et renverser l'élection". "Il est difficile d'imaginer une action pire et plus antidémocratique de la part d'un président américain en exercice", a-t-il cinglé dans son communiqué diffusé sur Twitter jeudi soir.

Ce vendredi, Donald Trump doit s'exprimer dans le cadre de l'Apec, le Forum économique Asie-Pacifique qui se déroule en ligne et auquel participe aussi Xi Jinping, le président chinois. On verra s'il reste dans le déni et choisit d'utiliser cette plateforme internationale pour continuer à envenimer les choses.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés