Joe Biden temporise sur TikTok et WeChat

Joe Biden laisse quatre mois au département du Commerce pour lui fournir un rapport détaillé et formuler des recommandations. ©REUTERS

Le président américain a révoqué et remplacé plusieurs décrets pris par son prédécesseur ciblant des applications chinoises, parmi lesquelles WeChat et TikTok.

Après sa décision, la semaine dernière, d'allonger le nombre d'entreprises chinoises sur liste noire américaine, on pourrait presque considérer le choix de Joe Biden de retirer les décrets de Donald Trump comme une volte-face. Son nouveau décret n'adoucit toutefois pas totalement la position des États-Unis à l'égard des applications chinoises. Le président américain, demande, en effet, au département du Commerce américain de mener une large enquête sur les risques posés par les applications internet détenues par certaines puissances étrangères. Il lui laisse ainsi quatre mois pour lui fournir un rapport détaillé et formuler des recommandations.

Les mesures prises par de l'ancien président Donald Trump visaient, quant à elles, spécifiquement les entreprises chinoises, notamment ByteDance, propriétaire de TikTok, et Tencent Holdings, propriétaire de WeChat. Elles tentaient d'interdire l'utilisation de ces applications aux États-Unis.

Le nouveau décret vise à identifier toutes les "applications logicielles connectées qui peuvent présenter un risque inacceptable pour la sécurité nationale des États-Unis et le peuple américain".
La Maison-Blanche

Pour Donald Trump, les applications appartenant à des Chinois posaient des risques pour la sécurité nationale des États-Unis. Il accusait WeChat, une plateforme omniprésente dans la vie des Chinois via ses services de messagerie, de paiements à distance ou de réservations, et TikTok, une application de courtes vidéos particulièrement populaire chez les jeunes, de récolter des données confidentielles, avant de les partager avec Pékin.

L'ancien président avait notamment cherché à forcer la vente de TikTok à des investisseurs américains.

Clarifier les critères

Les deux sociétés ont, de leurs côtés, toujours réfuté ces accusations d'espionnage et les ordonnances de Trump ont été suspendues par des tribunaux américains.

Le nouvel ordre de Joe Biden veut notamment clarifier les critères et définir ce qu'entendent les États-Unis par des actions portant atteintes aux données sensibles des Américains. Il vise notamment à identifier toutes les "applications logicielles connectées qui peuvent présenter un risque inacceptable pour la sécurité nationale des États-Unis et le peuple américain", y compris "les applications détenues, contrôlées ou gérées par des personnes qui soutiennent les activités militaires ou de renseignement d'un autre pays, ou sont impliquées dans des cyberactivités malveillantes, ou impliquent des applications qui collectent des données personnelles sensibles", explique un communiqué de la Maison-Blanche.

TikTok continue néanmoins de faire l'objet d'un examen séparé "par le biais du CFIUS", l'agence dépendant du Trésor chargée de s'assurer que les investissements étrangers ne présentent pas de risque pour la sécurité nationale.

Il demande au département du Commerce et à d'autres agences fédérales d'élaborer des directives "pour protéger les données personnelles sensibles... y compris les informations personnellement identifiables et les informations génétiques" contre les abus.

Selon un responsable de l'administration Biden interrogé par l'AFP, TikTok continue néanmoins de faire l'objet d'un examen séparé "par le biais du CFIUS", l'agence dépendant du Trésor chargée de s'assurer que les investissements étrangers ne présentent pas de risque pour la sécurité nationale.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés