Publicité

Joe Biden veut davantage taxer les "super-riches"

La réforme fiscale voulue par le président Biden viserait à "récompenser le travail et pas seulement la richesse". ©REUTERS

Le président américain Joe Biden veut augmenter les impôts sur les revenus du capital pour les citoyens gagnant plus d'un million de dollars par an.

Arrivé au pouvoir il y a à peine quatre mois, Joe Biden ne perd pas de temps pour faire des annonces tonitruantes, en rupture totale avec son prédécesseur. Après avoir annoncé un relèvement de l'impôt des sociétés de 21% à 28%, il s'attaque cette fois aux super-riches, dans le cadre d'une réforme fiscale visant à "récompenser le travail et pas seulement la richesse", dixit son principal conseiller économique Brian Deese.

500.000
foyers concernés
Seuls 0,3% des contribuables, soit environ 500.000 foyers, seraient concernés par cette hausse.

Son plan: augmenter les impôts sur les revenus des contribuables gagnant plus d'un million de dollars par an. Selon plusieurs médias américains, ce taux d'imposition pourrait être quasiment doublé, passant de 20% à 39,6%.

"Nous pensons que ce n'est pas seulement juste, mais que cela contribuerait également à réduire les types d'évitement fiscal qui minent considérablement la confiance et l'équité dans le code des impôts lui-même", explique Brian Deese.

Financer le "projet pour les familles américaines"

Le conseiller économique du président a toutefois tenu à rassurer les ménages américains, indiquant que seuls 0,3% des contribuables, soit environ 500.000 foyers, sont concernés. "Pour 997 foyers sur 1.000, ce changement n'aura pas d'impact", a-t-il insisté.

Cette réforme fiscale vise à financer le "American Families Plan" ("Projet pour les familles américaines"), ensemble d'investissements centrés sur l'enfance, la famille et la santé. Joe Biden doit en présenter les grandes lignes mercredi soir lors de son premier discours au Congrès.

Il s'agit d'une petite révolution de l'autre côté de l'Atlantique. Rappelons qu'en 2017, le précédent président, Donald Trump, avait fait passer une réforme fiscale au profit des entreprises et des particuliers les plus riches, avec une réduction du taux d’imposition des bénéfices de 35 à 21% et des profits accumulés à l’étranger à 15,5%.

Opposition républicaine... et démocrate

Le projet de réforme de Joe Biden est toutefois loin d'être acquis, son adoption au Congrès fera sans doute l'objet d'une bataille acharnée avec les républicains. Ces derniers ont déjà critiqué cette idée, la qualifiant de dommageable pour l'économie et affirmant qu'elle entraînera une baisse des investissements.

Avec un Sénat à 50-50 et une marge étroite à la Chambre des représentations, des négociations de plusieurs mois s'annoncent.

Mais la Maison-Blanche risque également de se heurter aux législateurs démocrates. Certains d'entre eux, notamment ceux de New York, du New Jersey et d'autres États à forte imposition, s'étaient mobilisés pour demander l'élargissement à leurs circonscriptions de la déduction fiscale que Donald Trump avait limitée en 2017.

Plus de 20 démocrates ont déclaré ainsi qu'ils ne voteraient pas pour le plan de Biden à moins qu'un plafond de 10.000 dollars sur les déductions des impôts d'État et locaux (SALT) ne soit fixé. Avec un Sénat à 50-50 et une marge étroite à la Chambre des représentations, des négociations de plusieurs mois s'annoncent.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés