John Bolton pourrait-il faire plier la défense de Donald Trump?

John Bolton, l'ancien conseiller à la sécurité nationale de Donald Trump, se dit prêt à témoigner devant le Sénat s'il est convoqué. ©AFP

L'ex-conseiller à la sécurité nationale John Bolton affirme que le président Trump a bien tenté de conditionner une aide à l'Ukraine à l'ouverture d'une enquête sur son rival Joe Biden. Les démocrates veulent qu'il témoigne au procès en destitution en cours au Sénat.

Le New York Times a publié dimanche un manuscrit dans lequel l'ex-conseiller à la sécurité nationale John Bolton affirme que le président Donald Trump refusait de verser une aide de 391 millions de dollars à l'Ukraine, tant que les autorités ukrainiennes n'enquêtaient pas sur son rival potentiel à la présidentielle américaine Joe Biden, ainsi que le fils de ce dernier, Hunter

Les démocrates ont rapidement réagi à cet article du quotidien américain pour réclamer que John Bolton, et d'autres personnes occupant des postes importants au sein de l'administration Trump, soient convoqués pour témoigner au procès en destitution du président en cours au Sénat.

La Chambre des représentants, aux mains des démocrates, a mis le président en accusation le 18 décembre dernier. Le Sénat, contrôlé par les républicains (53 sièges sur 100), est chargé de décider d'une éventuelle destitution au terme du procès en cours. Donald Trump est mis en accusation pour abus de pouvoir et entrave à la bonne marche du Congrès. Deux tiers des sénateurs sont nécessaires pour sa destitution.

Bolton prêt à témoigner 

Faisant référence à l'ouvrage non publié de John Bolton, le NYT avance que l'ancien magnat de l'immobilier avait confié à M. Bolton son refus de verser une aide de 391 millions de dollars à l'Ukraine, tant que les autorités ukrainiennes ne l'aideraient pas en lançant une enquête sur le démocrate Joe Biden et sur son fils Hunter, qui siégeait au conseil d'administration d'un groupe gazier ukrainien.

Ses avocats affirment qu'il n'y a pas eu de condition au versement de l'aide, arguant que son gel était indépendant des requêtes pour une enquête sur les Biden. Mais le manuscrit de M. Bolton viendrait contredire cette défense. Ce dernier a déjà fait savoir qu'il était prêt à témoigner s'il recevait une convocation.

D'autres témoins qui pourraient s'avérer gênants

Lev Parnas, un associé de Rudy Giuliani, l'avocat de Donald Trump, affirme avoir servi d'intermédiaire avec Kiev. ©AFP

Il y a deux semaines, de nouvelles informations compromettantes pour Donald Trump ont été publiées par les démocrates de la Chambre des représentants. Lev Parnas, un associé de Rudy Giuliani, l’avocat de Donald Trump, a admis avoir été en première ligne des efforts pour faire pression sur la présidence ukrainienne afin qu’elle annonce une enquête sur Joe et Hunter Biden. Lev Parnas a déclaré dans les médias être "très disposé" à témoigner lors du procès au Sénat. Un tel personnage à la barre serait du pain béni pour les démocrates.

Donald Trump a bloqué notre demande pour le témoignage de John Bolton. Maintenant nous en voyons la raison: Bolton contredit directement le coeur de la défense du président.
Adam Schiff
Chef de file de l'accusation démocrate
Ces derniers ont dit à plusieurs reprises qu'ils  voulaient aussi entendre la garde rapprochée de Donald Trump, notamment son chef de cabinet par intérim  Mick Mulvaney. John Bolton était également déjà dans leur viseur.
La Maison-Blanche, elle, fait tout pour éviter ces témoignages et pour que le procès soit conclu le plus vite possible.  Quatre sénateurs républicains ont cependant indiqué qu’ils  refuseraient de repousser l’éventualité de nouveaux témoignages sans entendre les arguments des deux parties d’abord. Il y a donc une  petite fenêtre de tir. Mais Donald Trump serait prêt à faire valoir le privilège de l’exécutif si John Bolton était formellement appelé à la barre.

Bolton empêché de témoigner ?

Le parlementaire démocrate Adam Schiff, qui mène l'accusation au procès en destitution de Donald Trump, a souligné sur Twitter que Donald Trump "a(vait) bloqué notre demande pour le témoignage de John Bolton". "Maintenant nous en voyons la raison: Bolton contredit directement le coeur de la défense du président", a-t-il poursuivi.

Donald Trump a réagi ce dimanche en écrivant sur Twitter qu'Adam Schiff n'a "pas encore payé le prix de ce qu'il a fait à notre pays", une déclaration que le principal intéressé a déclaré considérer comme une menace. "Adam Schiff est un politicien corrompu, et probablement un homme très malade", a encore affirmé le président.

Pour la présidente de la Chambre des représentants Nancy Pelosi, le refus des républicains d'entendre John Bolton ou d'autres témoins et documents est "désormais encore moins justifiable". "Le choix est clair: notre Constitution ou une dissimulation", a-t-elle ajouté.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés