L'administration Trump contre-attaque

©AFP

Le bras-de-fer entre les démocrates du Congrès et la Maison-Blanche s’est nettement intensifié ces derniers jours avec une contre-attaque en règle de l’administration Trump dans plusieurs des enquêtes parlementaires menées contre le président.

Refus de transmettre à la Chambre les déclarations fiscales de Donald Trump et le rapport Mueller non-expurgé, pressions sur un ancien conseiller juridique de la Maison-Blanche pour qu’il ne charge pas la barque du président devant le Congrès: les mesures prises par l’exécutif laissent entendre que l'administration Trump est prête à aller au clash avec la Chambre des représentants, quitte à mener l’affaire devant les tribunaux et jusqu’à la Cour suprême des Etats-Unis, s’il le faut. A moins que tout cela ne soit que du bluff pour gagner du temps et présenter les enquêtes parlementaires menées par les démocrates comme étant motivées par des fins politiques à moins de deux ans de la présidentielle.

Les déclarations fiscales de Trump

Lundi, le secrétaire au Trésor Steven Mnuchin a donc indiqué à la commission des Voies et Moyens de la Chambre des représentants que son département ne pouvait pas lui transmettre les déclarations fiscales du président qu’elle lui réclamait (avant Trump, Richard Nixon était le seul président à ne pas les avoir publiées). D’après Mnuchin, la demande de la Chambre "manque de légitimité" et "pose de graves questions constitutionnelles qui pourraient avoir des conséquences sur tous les contribuables". Il accuse les démocrates de n’avoir qu’un seul objectif: publier les déclarations d’impôts de Trump. Le président de la commission, Richard Neal, n’a pas encore donné suite au refus de Mnuchin. Mais, il ne devrait pas s’arrêter là.  

Officiellement, les démocrates disent vouloir légiférer sur les contrôles exercés par le fisc américain sur les présidents et avoir, pour cela, besoin des déclarations fiscales de Trump. Dans les faits, ils espèrent surtout démontrer aux électeurs américains que leur président a menti sur ses avoirs et cherché à éluder l’impôt.

C’est dans le même contexte qu’ils ont notamment exigé de la Deutsche Bank qu’elle fournisse des documents financiers sur ses relations avec la Trump Organization; des documents qui pourraient démontrer qu’il a cherché à grossir sa fortune ou, même, que l'entreprise du président a participé à des opérations de blanchiment d’argent.

William Barr et le rapport Mueller

Toujours lundi, le secrétaire à la Justice William Barr a laissé expirer le délai qui lui avait été imparti pour transmettre le rapport Mueller non-expurgé à la commission des Affaires judiciaires de la Chambre qui le lui réclamait histoire, notamment, de voir s’il n’y aurait pas matière à lancer une procédure de destitution à l’encontre de Trump.

Furieuse, la commission, dirigée par le démocrate Jerrold Nadler, a dès lors lancé lundi une procédure contre Barr pour entrave aux prérogatives d’enquête du Congrès. Elle doit se réunir mercredi pour voter sur la question qui, en cas de vote positif, sera ensuite tranchée en séance plénière (à une date ultérieure).  

Barr, qui est accusé par les démocrates de couvrir Trump, pourrait être poursuivi au civil et risquerait une amende, voire une peine de prison. Même si un tel scénario est hautement improbable, le département de la Justice a néanmoins cherché à calmer les esprits en invitant des experts de la commission des Affaires judiciaires à une réunion dans ses locaux ce mardi.

Robert Mueller et Don McGahn muselés?

Enfin, dimanche, le président Trump s’est ouvertement opposé à ce que le procureur spécial Robert Mueller qui était en charge de l’enquête sur le Russiagate vienne s’expliquer devant le Congrès.

La Maison-Blanche tenterait également d’empêcher Don McGahn, l’ancien conseiller juridique de Trump, de fournir à la commission des Affaires judiciaires de la Chambre des documents qu’il doit lui fournir ce mardi au plus tard et concernant les tentatives d’obstruction dont Trump se serait rendu coupable pendant l’enquête de Mueller. Elle veut également lui interdire de venir témoigner devant la Chambre.

Il faut dire que McGahn est cité de nombreuses fois dans le rapport Mueller. Il a notamment expliqué aux enquêteurs comment Trump avait essayé de le forcer à limoger le procureur spécial, puis lui avait dit de mentir à ce sujet, un témoignage de nature à prouver que Trump s’est bien rendu coupable d’obstruction à la justice.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect