L'administration Trump pense que l'UE va voler en éclats

©BELGA

Selon l'ambassadeur sortant des Etats-Unis auprès de l'UE, l'administration Trump parie sur d'autres départ de l'Union après le Brexit. Une telle vision est "une pure folie" selon lui.

L'administration Trump, qui entrera en fonctions à Washington le 20 janvier, commettrait "une pure folie" en misant sur une fragmentation de l'Union européenne comme elle semble le faire, a affirmé l'ambassadeur américain sortant auprès de l'UE lors d'une rencontre avec des journalistes, à une semaine de son départ de Bruxelles.

"Penser qu'en soutenant une fragmentation de l'Europe nous ferions avancer nos intérêts serait une pure folie", a déclaré Anthony Gardner, qui a été durant trois ans le numéro un de l'ambassade américaine auprès de l'UE.

Il a expliqué avoir été informé de coups de téléphone passés par des membres l'équipe de transition de Donald Trump aux institutions européennes pour savoir si la sortie du Royaume-Uni de l'UE serait suivie par d'autres départs.

"C'est une des questions qui était posée, grosso modo, quel est le prochain pays à partir, ce qui est une manière de suggérer que l'édifice est sur le point de s'écrouler."
Anthony Gardner
Ambassadeur sortant des Etats-Unis auprès de l'UE

"C'est une perception que Nigel Farage est apparemment en train de répandre à Washington. Et c'est une caricature", a-t-il ajouté, en référence à l'eurodéputé britannique figure de proue du Brexit, reçu par Donald Trump peu après sa victoire électorale de novembre.

Anthony Gardner, ancien haut responsable de Bank of America et de General Electric à Londres, qui avait été nommé ambassadeur par Barack Obama, a rappelé que depuis 50 ans les Etats-Unis soutenaient l'intégration de l'UE car elle bénéficie aux deux blocs sur de multiples aspects (politique, économie, sécurité).

L'administration Trump opterait pour "une approche erronée" si elle maintenait uniquement des liens avec les pays perçus comme les meilleurs amis comme la Grande-Bretagne ou l'Allemagne, partant du principe "faux" que l'UE n'est pas efficace, a encore estimé le diplomate américain.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés