L'angle pharma des négociations USA-Chine inquiète

©AFP

De récentes déclarations des présidents Trump et XI laissent à penser qu'un accord commercial entre les Etats-Unis et la Chine est en vue. Dans le secteur pharmaceutique américain, on grince des dents.

Les négociateurs américains vont s’envoler ce week-end pour la Chine où un nouveau cycle de discussions commerciales doit s’ouvrir mardi. De part et d’autre, on parle d’avancées et la tenue d’un prochain sommet au cours duquel le président américain Donald Trump et son homologue chinois, Xi Jinping, signeraient un accord commercial a déjà été plusieurs fois évoquée. Dans les coulisses, il se dit qu’un sommet Trump-Xi pourrait se tenir en mai ou en juin. Jeudi, le président Trump a même laissé entendre que Xi viendrait "bientôt" à la Maison-Blanche.

Pékin aurait déjà accepté d’augmenter ses importations de produits américains d’ici 2025 (dont du soja et du gaz), de renforcer ses règles en matière de protection intellectuelle, de mettre fin au transfert forcé de technologies, d’autoriser des entreprises américaines à détenir à 100% des sociétés chinoises et de donner un tour de vis à sa réglementation du fentanyl. On en sait moins au sujet des concessions américaines, mais elles toucheraient notamment le secteur pharmaceutique.

Les promesses de Xi

"Nous remanierons et abolirons les réglementations, les subventions et les pratiques non justifiées qui faussent la concurrence et les marchés."
Xi Jinping
Président chinois

Ce vendredi matin, alors qu’il faisait la promotion de son projet pharaonique de "nouvelles routes de la soie" devant un parterre d’officiels étrangers, Xi s’est même fendu d’un message on ne peut plus clair à l’intention de Washington. "Nous remanierons et abolirons les réglementations, les subventions et les pratiques non justifiées qui faussent la concurrence et les marchés", a-t-il lancé en s’engageant également à maintenir le yuan à "un niveau raisonnable". Pas question, donc, de dévaluer la devise chinoise pour compenser les concessions que Pékin fera à Washington ou réduire l’impact des tarifs douaniers américains, une garantie demandée par les États-Unis.

Xi a également affirmé que la Chine accordait "beaucoup d’importance à honorer les accords économiques et commerciaux multilatéraux et bilatéraux" qu’elle passait avec d’autres pays. Une petite phrase qui prend tout son sens lorsqu’on sait qu’une des pierres d’achoppement des négociations commerciales entre les États-Unis et la Chine concerne justement le mécanisme d’application de l’accord en discussion.

La protection des données pharmaceutiques

Côté américain, on serait prêt à faire des concessions qui font grincer des dents dans le secteur pharmaceutique. D’après l’agence de presse Bloomberg, l’administration Trump serait ouverte à l’idée que les entreprises pharmaceutiques américaines ne voient les données confidentielles liées à leurs essais protégées que pendant 8 ans en Chine (au lieu de 12 ans aux États-Unis).

©Bloomberg

On parle ici des données que ces entreprises doivent communiquer aux régulateurs nationaux dans le cadre de procédures d’homologation. Ces données ne peuvent pas être divulguées pendant la période de protection ni utilisées par les entreprises concurrentes.

Certains acteurs du secteur pharmaceutique américain auraient déjà marqué leur désaccord. Il faut dire que cette protection des données est critique, surtout dans la biopharma où la R&D nécessite des investissements colossaux.

Le débat US sur le prix des médicaments

Mais l’administration Trump, qui mène en parallèle un combat pour réduire le coût des médicaments aux États-Unis, camperait sur ses positions. En réduisant la période de protection des données, elle favoriserait en effet l’émergence plus rapide de produits génériques moins chers. Un combat que mènent également les démocrates au Congrès dans le cadre l’Accord Etats-Unis-Mexique-Canada (AEUMC) qui remplace l’Accord de libre-échange nord-américain (Alena) depuis fin 2018 (mais qui doit encore être entériné par le Congrès). Pour l’instant, la protection des données court sur 10 ans dans l’AEUMC et les démocrates voudraient que la période soit réduite.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés