L'ouragan Florence balaye la côte atlantique de l'Amérique

Myrtle beach, en Caroline du Sud, ce vendredi matin aux aurores. ©AFP

Dès 7h15, heure américaine, la côte atlantique des Etats-Unis a commencé à subir de plein fouet l'ouragan Florence. La Caroline du Nord est la première à être touchée. La menace va durer jusque dimanche.

Des pluies diluviennes poussées par des vents violents foncent depuis trois jours droit vers l'Amérique et sa côte atlantique. Les premières pluies ont touché terre ce vendredi, à 7h15, heure américaine. La tempête avance à un rythme régulier vers les terres.  A 160 km/h, Florence déverse ses pluies torrentielles pendant de longues heures, entraînant des innondations catastrophiques. Ce soir, le vent est tombé à 130km/h, bien que violent, l'ouragan Florence a été rétrogradé en catégorie 1, sur l'échelle Saffir-Simpson qui en compte cinq.

L'oeil du cyclone se trouve non loin à l'est de Wilmington, en Caroline du Nord. L'ouragan représente une "menace importante" pendant encore 24 à 36 heures, a mis en garde l'Agence fédérale américaine des situations d'urgence. 

"La tempête ravage notre Etat", a déploré Roy Cooper, le gouverneur de la Caroline du Nord. "Nous sommes très inquiets que des localités entières puissent être détruites". Le gouverneur de la Caroline du Nord a ajouté que l'Etat pourrait être recouvert par des dizaines de centimètres d'eau. 

©AFP

Dans cet Etat, plus de 150.000 foyers sont privés d'électricité. Les premières rafales de vent accompagnées de fortes pluies se sont abattues jeudi après-midi sur la ville portuaire de Wilmington, faisant vaciller les arbres et les feux tricolores suspendus. Florence se dirige vers la côte à 9 km/h et son oeil devrait atteindre le littoral ce vendredi où l'ouragan déchargera ses pluies torrentielles pendant de longues heures avant de s'enfoncer samedi à l'intérieur des terres, accentuant le risque d'inondations et de crues soudaines.

Des vagues de plus de 2 mètres

©AFP

"L'eau charriée quand il était de catégorie 4 est déjà en approche, la montée des eaux de 1,8 m à 2,7 m va arriver", selon Steve Goldstein, responsable de l'Agence fédérale océanique et atmosphérique (NOAA), alors que les vagues portées par la marée ont commencé à submerger le rivage en soirée.

"Le plus important, c'est l'eau. La menace des vents s'est un peu éloignée mais cela reste un ouragan très dangereux et puissant."

Environ 1,7 million de personnes ont été sommées de se mettre à l'abri, loin du littoral. A plusieurs centaines de kilomètres au sud, la célèbre station balnéaire de Myrtle Beach, en Caroline du Sud, s'est aussi transformée jeudi en ville-fantôme: rues désertes, stations-services fermées et fenêtres calfeutrées. Sur l'immense plage, certains avaient même défié les éléments en surfant sur les premières grosses vagues amenées par l'ouragan. Des habitants ont ignoré les appels à évacuer la zone. Un couvre-feu a été instauré, comme dans plusieurs autres localités de la côte atlantique et les autorités avaient demandé d'évacuer dès mardi.

Pour ceux qui n'ont pas voulu ou pu partir, plusieurs centres d'accueil ont été mis en place.

Des volontaires en renfort

Pourquoi s'appelle-t-il Florence?

C'est l’organisation météorologique mondiale, l'OMM qui a cette charge. Mais l'organisation délègue à cinq organismes régionaux le rôle de choisir les noms. Les ouragans Florence et Isaac ont pris forme dans l'Atlantique Nord, c'est donc le National Hurricane Center de Miami aux États-Unis qui les a baptisés en se référant aux six listes de prénoms en vigueur.

Entre un et trois millions d'usagers pourraient être victimes de coupures de courant dans les deux Etats de Caroline. Près de 3.000 électriciens de tout le pays étaient arrivés jeudi en renfort des 20.000 professionnels réquisitionnés pour rétablir le courant une fois le gros de la tempête passée. 

Enfin, plus de 1.000 vols ont déjà été annulés en raison de l'ouragan, selon les médias américains. 

L'aéroport de Charleston désert ce jeudi 13 septembre. ©Photo News

 

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content