L'US Air Force redécouvre les vertus du "low cost"

©AFP

Après des décennies de course à la haute technologie et à la furtivité, l'armée de l'Air américaine veut se doter d'un appareil d'attaque léger et peu onéreux pour les théâtres d'opération non défendus.

Est-il intelligent d’utiliser des chasseurs-bombardiers à 100 millions de dollars pièce et dont le coût d'utilisation est extrêmement élevé pour effectuer des missions de contre-insurrection sur des théâtres d'opérations dépourvus de défenses aériennes? C'est la question que s'est posée il y a quelques années l'armée américaine, qui s'est engagée ces dernières années dans le développement exclusif d'avions de combat furtifs hors de prix, comme les chasseurs F-22 et F-35, et prochainement le futur bombardier B-21 Raider. 

Opérant un virage à 180 degrés, l'US Air Force s'apprête dès lors à se lancer dans un appareil d'attaque léger et bon marché, destiné à opérer dans des environnements relativement peu dangereux, rencontrés par exemple lors des conflits en Afghanistan, en Irak ou en Afrique.

La force aérienne américaine a publié début août un document annonçant son intention de solliciter en décembre 2018 des offres de la part de l'industrie pour l'acquisition de cet avion, un programme baptisé OA-X.

Ce nouvel appareil pourrait être commandé à la fin d'année fiscale 2019, qui débutera le 1er octobre prochain.

"L'avion d'attaque léger OA-X est un appareil biplace de petite taille équipé d'un turbopropulseur, conçu pour des opérations dans des environnements relativement permissifs", a précisé le Service de recherche du Congrès (CRS) dans une note datée du 23 août.

Cet avion doit donner à l'aviation américaine la possibilité de libérer des moyens plus sophistiqués et coûteux pour d'autres tâches, selon la secrétaire à l'Air Force, Heather Wilson, qui cite volontiers l'exemple d'un recours à un F-22 Raptor - l'un des appareils les plus coûteux de l'arsenal américain - pour détruire un laboratoire de production de drogues en Afghanistan comme "une utilisation inefficace des ressources".

Le coût d'utilisation d'un avion d'attaque léger est estimé à entre 2% et 4% de celui d'un chasseur de pointe.

L'US Air Force a déjà effectué des tests avec deux types d'appareils légers: l'A-29 Super Tucano, produit par la société Sierra Nevada Corporation (SNC) au départ d'un avion du constructeur brésilien Embraer, et l'AT-6 Wolverine de Textron.Deux appareils turbopropulsés (à hélice).

L'A-29 est déjà en service dans les forces aériennes afghane (26 exemplaires commandés) et libanaise (six livrés), colombienne et équatorienne.

Un troisième larron a également fait des offres de service: la société Stavatti Aerospace avec le SM-27 Machete. Il s'agit d'un appareil original doté d'un turbo propulseur "pousseur" avec une voilure droite, des plans canards et deux dérives. Problème: il n'existe que sur le papier, même s'il est basé sur des technologies existantes et éprouvées. Or, l'US Air Force veut un appareil disponible sur étagère pour éviter toute dérive financière.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content