L'US Navy va s'équiper de drones ravitailleurs

Le drone de combat X-47B de Northrop Grumman. Développé pendant des années, il n'a pas été proposé pour le programme "Stingray" de ravitailleurs de la Navy. ©Science Photo Library

Le Pentagone a accordé à Boeing un contrat de 805 millions de dollars pour développer pour 2024 le premier drone ravitailleur, le MQ-25A, connu sous le nom de "Stingray".

Le Pentagone a accordé au groupe aéronautique américain Boeing un contrat de 805 millions de dollars pour développer son premier drone ravitailleur, le MQ-25A, connu sous le nom de "Stingray".

Boeing est chargé de concevoir, développer, fabriquer, tester, livrer et entretenir quatre drones qui doivent entrer en service en 2024, a précisé l'US Navy dans un communiqué.

Ces drones, dont la silhouette rappelle celle d'une raie manta ("Stingray", en anglais), seront lancés depuis un porte-avions, ce qui étendra largement le rayon d'action des appareils américains et permettra des missions qui sont actuellement impossibles, a souligné la marine américaine.

"C'est un jour historique", a déclaré le chef des opérations de l'US Navy, l'amiral John Richardson.

"C'est un jour historique"
amiral John Richardson
Chef des opérations de l'US Navy

"Quand nous repenserons à ce jour, nous reconnaîtrons que cet événement représente un tournant dans la façon dont nous définissons nos besoins pour le combat, nous travaillons avec l'industrie de défense, nous coordonnons appareils avec pilotes et sans pilotes, et nous améliorons l'efficacité de notre aéronavale, le tout rapidement", a-t-il ajouté.

Ce contrat, pour lequel Boeing était en concurrence avec les autres groupes américains General Atomics et Lockheed Martin, a en effet été attribué suivant un processus accéléré adopté récemment par le Pentagone pour éviter les dépassements de budget dont l'industrie de défense est coutumière.

Si les quatre appareils d'essai donnent satisfaction, le contrat total pourrait atteindre 13 milliards de dollars pour 72 appareils, a précisé le Pentagone.

À l'origine, l'US Navy entendait se doter d’un drone de combat (unmanned combat aerial system) capable d’opérer depuis le pont de ses porte-avions géants. Des essais ont été menés en ce sens durant des années par Northrop Grumman avec le démonstrateur X-47B, lequel fut le premier drone militaire à voilure fixe à décoller et à atterrir depuis un porte-avions.

Bizarrement, la Navy abandonna en 2016 ce programme de drone armé pour lui préférer un appareil sans pilote capable de ravitailler les avions de combat embarqués. Donné favori après les essais apparemment réussis de son démonstrateur, Northrop Grumman se retira quant à lui rapidement de la compétition. Exit le X-47B!

Un des objectifs des drones ravitailleurs de la Navy est de donner un rayon d'action très supérieur aux F/A-18 Super Hornet et aux futurs F-35C dans la mesure où les porte-avions américains devront à l'avenir se tenir hors de portée de nouveaux missiles antinavires développés par la Chine et la Russie. Les deux pays se sont lancés dans des projets de missiles de nouvelle génération, parfois hypersoniques, une menace qui pourrait remettre en cause l'hégémonie de la marine américaine depuis septante ans et que le Pentagone ne semble pas prendre à la légère.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content