Publicité

La "petite sœur" de la statue de la Liberté est arrivée à New York

La version réduite de la statue de la Liberté, prêtée aux États-Unis par le Musée de Paris des Arts et Métiers, restera sur Ellis Island, à New York, jusqu'au 5 juillet. Ensuite, elle partira pour Washington DC. ©REUTERS

Une statue de la Liberté version réduite est arrivée à New York. L'œuvre, qui séjournera ensuite à Washington, symbolise la force des relations franco-américaines.

Cent trente-cinq ans après l’inauguration de la statue de la Liberté à New York, une seconde Lady Liberty a été envoyée aux États-Unis par la France. Mais cette fois-ci, c’est d’un prêt dont il est question.

La réplique, qui mesure 2,83 mètres de haut, a été érigée jeudi sur Ellis Island, dans le port de New York.

Constituée de bronze et réalisée à partir du modèle original en plâtre de la Statue de la Liberté de Frédéric-Auguste Bartholdi, l’œuvre a été prêtée par le Musée de Paris des Arts et Métiers aux États-Unis pour une durée de dix ans, dans le but de consolider l'amitié franco-américaine.

"Une nouvelle ère"

La petite sœur de Lady Liberty restera exposée sur Ellis Island (l’île par où transitaient les candidats à l’immigration entre 1892 et 1924) jusqu’au 5 juillet. Le public pourra donc venir l'admirer à l'occasion de la fête nationale américaine, le 4 juillet.

"C'est un symbole de l'amitié entre les peuples français et américain, mais c'est aussi un rappel de l'importance du message de liberté et d'éclaircissement du monde, qui est le nom de la statue", a déclaré Philippe Étienne, ambassadeur de France aux États-Unis, lors d'une cérémonie d'inauguration. "Une nouvelle ère dans les relations entre la France et les États-Unis va s'ouvrir, c'est ce que nous souhaitons", a-t-il ajouté.

La réplique sera ensuite transférée à Washington et installée dans la propriété de l’ambassade de France.

Une "amitié" de longue date

Les relations franco-américaines remontent au 16e siècle. On retrouve déjà des traces de présence française dans le Nouveau Monde en 1523, lorsque l’explorateur Giovanni de Verrazano, qui naviguait sous les ordres de François 1er, découvrit la rivière Hudson et Manhattan. Il avait alors baptisé New York "Terre D’Angoulême".

148.468
Français
En 2020, 148.468 Français vivaient aux États-Unis et étaient inscrits au registre tenu par les consulats.

Plus tard, au 17e siècle, la ville fut surnommée "Little France" en raison de la présence toujours plus importante d’immigrés français à New York.

Quelques dates historiques comme celle de 1803, date à laquelle Napoléon a vendu la Louisiane aux Américains, permettent aussi d’expliquer la présence française aux États-Unis.

Un outil diplomatique

La présence française outre-Atlantique s’est aussi renforcée après la deuxième Guerre mondiale. Étrangement, les conflits avaient optimisé la visibilité de la culture française, et les services en charge de la propagande française s’établirent de manière permanente.

Durant l’année 1947 et l’entrée dans la Guerre froide, la politique culturelle fut d’ailleurs intégrée à un vaste programme d’informations destiné aux Américains au service d’une mission commune: faire connaître le vrai visage de la France et lutter contre les courants inamicaux.  

Aujourd’hui, la ville de New York est imprégnée d’un héritage français sur un plan économique, culturel et architectural.

Un objectif facilité par l’aide militaire en Indochine. Si la France voulait obtenir le soutien des États-Unis, il lui fallait démontrer la permanence et la solidité de l’alliance entre les deux pays.

Aujourd’hui, la ville de New York est imprégnée d’un héritage français sur un plan économique, culturel et architectural. En 2020, le nombre de Français vivant aux États-Unis et inscrits au registre des Français, tenu par les consulats, s'élevait à 148.468 personnes.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés