" La Poste américaine perd 1,5 dollar en moyenne sur chaque colis livré par Amazon"

©AFP

Le président américain n'a de cesse de s'en prendre à Amazon. Ce sont les pratiques fiscales du géant de la distribution en ligne qui agacent Trump. Donc, il attaque. Sur Twitter, comme d'habitude.

"Puisque nous en parlons, on dit que La Poste américaine perd 1,5 dollar en moyenne sur chaque colis livré par Amazon. Ca fait des milliards de dollars au total", a lancé Donald Trump sur Twitter.

Disant citer le New York Times, il affirme que ce journal "indique que 'la taille de l'équipe de lobbying du groupe a explosé". Puis il tacle le quotidien Washington Post, propriété de Jeff Bezos, en écrivant que ces équipes supposées de lobbyistes d'Amazon "n'incluent pas le Faux Washington Post, qui est utilisé comme un 'lobbyiste' et devrait S'INSCRIRE comme tel". "Si La Poste 'augmentait ses prix pour les colis, les coûts de livraison d'Amazon augmenterait de 2,6 milliards de dollars'. Cette escroquerie de La Poste doit cesser. Amazon doit payer le prix réel (et ses impôts) maintenant! ", conclut le président américain.

Optimisation fiscale, vraiment?

Par le passé, Amazon a été de nombreuses fois mis en cause, aux Etats-Unis comme en Europe, pour ses pratiques d'optimisation fiscale qui ont fait fortement baisser ses impôts. Mais cela a changé avec la hausse des bénéfices de l'entreprise, qui a payé 412 millions de dollars d'impôts au gouvernement fédéral en 2016.

Le Washington Post a répondu: "Le Post fonctionne indépendamment d'Amazon, bien que ce média soit propriété personnelle de Jeffrey P. Bezos, le fondateur et dirigeant d'Amazon."

©REUTERS

Bref, Donald Trump a de nouveau pris pour cible le géant d'internet Amazon , dénonçant le groupe de l'homme le plus riche du monde, Jeff Bezos, pour ses pratiques fiscales et son usage de la poste américaine, pour la deuxième fois en trois jours.  Jeudi, le président américain s'était déjà inquiété publiquement (dans un tweet évidemment) du peu d'impôts que paierait selon lui Amazon aux Etats-Unis. La veille, mercredi, des rumeurs sur sa volonté d'encadrer la domination du géant de l'internet avaient fait chuter le cours de l'action en Bourse.

Si l'antipathie du président américain pour le fondateur d'Amazon est bien connue, l'affaire a en effet été relancée mercredi par un article sur le site Axios faisant état de "l'obsession" du président américain pour Amazon et son souhait de s'en prendre au groupe à travers des lois antitrust.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content