La ville à l'hélium de la Nasa pour coloniser Vénus

©Reuters

Des chercheurs de la Nasa ont étudié la meilleure façon de coloniser la planète Vénus. S'installer dans son atmosphère serait, selon eux, plus efficace que de tenter d'habiter la surface d'une planète comme Mars. Ils imaginent une citée gonflée à l'hélium et tournant à l'énergie solaire...

L'administration américaine de l'aéronautique et de l'espace (Nasa) étudie la possibilité de coloniser la planète Venus. La planète Mars ne serait pas forcément la desination du système solaire la plus réaliste pour mener à bien une mission de colonisation extraterrestre. "Vénus est probablement l'environnement le plus semblable à celui de la terre", indique Chris Jones, qui travaille dans l'analyse des missions spatiales à la Nasa. Comme il l'explique au magazine Spectrum, son groupe de recherche vient d'établir un plan détaillé sur la création de stations permanentes habitées par des hommes.

"A way to explore Venus"

Originalité du concept: il ne s'agirait pas de coloniser la surface de la planète, particulièrement inhospitalière, mais son atmosphère. "La plupart des gens, quand ils entendent l'idée d'explorer Vénus, pensent à la surface, qui est assez chaude pour faire fondre le plomb et où la pression est la même que si vous étiez dans l'océan à 1,5 km de profondeur. Jusqu'ici peu de gens ont prêté attention à l'atmosphère, relativement plus hospitalière", observe Chris Jones. À 50 km d'altitude, la température de Vénus tombe à 75°C et la pression comparable à celle, sur Terre, du niveau de la mer.

Surtout, Vénus est mieux exposée aux radiations solaires - on peut en attendre plus d'énergie - mais le niveau de protection qu'offre l'atmosphère de Venus à ces radiations est meilleur que celui de Mars. Le niveau de radiationauquel serait exposé un astronaute dans l'atmosphère de Vénus serait "à peu près le même que si vous étiez au Canada", indique Dale Arney, également membre de l'équipe. Aux yeux de ces chercheurs, ce serait même l'endroit idéal pour s'installer...

L'idée du projet HAVOC (High Altitude Venus Operational Concept) serait de créer une cité flottante gonflée à l'hélium et fonctionnant à l'énergie solaire. Le déploiement de cette base aurait lieu en cinq temps: un robot serait envoyé dans l'atmosphère pour l'étudier de plus près ; une mission humaine serait ensuite mise en orbite autour de la planète pendant un mois ; l'équipage partirait ensuite à bord d'un vaisseau plus petit pour vivre un mois dans l'atmosphère de Vénus. Si tout se passe bien, une équipe irait ensuite passer un an dans l'atmosphère en vue de construire une cité permanente dans les nuages.

 

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés