Publicité

Le coronavirus exacerbe le rôle des réseaux sociaux dans la présidentielle américaine

Le Président américain Donald Trump ne décolère pas face à Twitter. ©AFP

Le conflit ouvert entre Twitter et Donald Trump montre à quel point les réseaux sociaux sont un outil indispensable de cette campagne électorale marquée par la pandémie de coronavirus.

Donald Trump ne cache pas sa colère contre les réseaux sociaux qu’il utilise pourtant sans relâche. Le Président américain a été jusqu’à menacer ce mercredi de les "fermer" et les a accusés de "passer totalement sous silence les voix conservatrices". À Twitter plus particulièrement, il a promis une "action de taille" à suivre. La veille, la plateforme avait pris une mesure inédite: elle a placé, sous des tweets du milliardaire assimilant le vote par correspondance à de la fraude, une mention appelant à vérifier les faits qu’ils contiennent. 

Être corrigé par Twitter lors d’une année électorale relève de l’insulte.

Twitter est critiqué depuis longtemps pour laisser Donald Trump relayer intox et théories du complot à ses plus de 80 millions d’abonnés. En appliquant sa nouvelle politique anti-fake news à son utilisateur le plus puissant, le réseau social s’aventure en terrain miné. La pandémie de coronavirus empêche le républicain de faire campagne sur le terrain pour sa réélection. Il multiplie donc les conférences de presse – et les polémiques qui en découlent – et les déclarations en ligne. De fait, être corrigé par une entreprise de la Silicon Valley lors d’une année électorale relève de l’insulte.

Si Twitter sert de caisse de résonance à la communication de Donald Trump, c’est sur Facebook que sa campagne est la plus active. La plateforme de Mark Zuckerberg se targue d’avoir mis en place des équipes indépendantes pour vérifier les contenus. Donald Trump y a pourtant posté le même message sur le vote par correspondance, sans être corrigé. 

Intelligence artificielle

Mais l’utilité de Facebook est ailleurs. En échange de dizaines de millions de dollars, le réseau permet à la campagne républicaine de cibler ses électeurs grâce à des publicités gérées par intelligence artificielle. La crise sanitaire et économique a fait chuter le prix de ces spots, une aubaine que le camp démocrate peine à saisir. Selon le magazine The Atlantic, qui prend l’exemple de la dernière semaine de mars, la campagne de Joe Biden diffusait toujours 96% moins de publicités que la campagne de Trump durant cette période.

Pour atteindre les plus jeunes électeurs – les moins de 40 ans représentent plus de 35% de l’électorat américain – c’est sur Snapchat, l’application aux filtres photo rigolos, que les équipes de campagnes se connectent. Là encore, le camp Trump estime avoir une longueur d’avance et se targue d’avoir vu son nombre d’abonnés tripler en huit mois, à 1,5 million. Impossible de comparer avec le camp démocrate, qui ne communique pas sur ce chiffre.

Biden discret par stratégie

Si la campagne de Joe Biden semble moins experte en réseaux sociaux – "Je suis sûr que nous pouvons être meilleurs en ligne", a admis le candidat récemment –, elle semble avoir trouvé son compte dans cette joute à distance. Il se pourrait même que le candidat démocrate soit plus avantagé dans le sous-sol de sa maison du Delaware que sur le terrain. 

"Je suis sûr que nous pouvons être meilleurs en ligne."
Joe Biden
Candidat démocrate

Rester caché pour éviter les gaffes, telle est la devise officieuse de son équipe. La preuve, lors de la dernière interview qu’il a donnée à une radio, le candidat a réussi à vexer un électorat crucial: la communauté afro-américaine. "Si vous n’arrivez pas à vous décider entre Donald Trump et moi, vous n’êtes pas noir", a-t-il lancé, avant de présenter ses excuses. 

La stratégie de la discrétion semble donc plus prudente, du moins jusqu’à la dernière ligne droite de la campagne. Pour l’instant, Joe Biden domine Donald Trump de 5,3 points dans les sondages nationaux, selon la dernière moyenne de RealClear Politics. Il mène aussi dans plusieurs États-clés, comme le Wisconsin, la Pennsylvanie et la Floride.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés