Le Mexique fait un geste dans la lutte contre l'immigration clandestine

©REUTERS

Le Mexique a proposé jeudi de déployer 6.000 membres de sa garde nationale sur la frontière avec les Etats-Unis afin de lutter contre l'immigration clandestine alors que se tiennent des négociations entre les deux pays sur cette question.

Les négociateurs américains et mexicains poursuivent leurs discussions sur la question migratoire alors que Donald Trump a brandi la menace de sanctions douanières contre des produits mexicains si les autorités de Mexico n'accentuaient pas leur lutte contre l'immigration clandestine.

Des dirigeants d'entreprise et des parlementaires républicains ont plaidé en faveur d'un assouplissement de la position américains. Donald Trump a estimé mercredi que le premier tour de table organisé à Washington n'avait pas produit de résultats suffisamment tangibles.

Le vice-président américain Mike Pence, qui chapeautait ces premières négociations, a repris la position de Donald Trump jeudi. "Nous saluons les efforts des dirigeants mexicains afin de proposer des solutions à la crise sur notre frontière sud, mais nous voulons que le Mexique fasse plus", a-t-il dit.

Wall Street et les rendements obligataires américains se sont orientés à la hausse ce jeudi après que l'agence Bloomberg a annoncé que Washington envisageait un report des sanctions douanières alors que les discussions se poursuivaient, selon des sources informées du dossier.

La semaine passée, Donald Trump avait déclaré que le Mexique devait lutter plus efficacement contre l'immigration clandestine sous peine de voir toutes ses exportations vers les Etats-Unis touchées par une taxe de 5% à partir de lundi, pouvant aller jusqu'à 25% d'ici la fin de l'année. Cette déclaration inattendue avait inquiété les marchés et des élus républicains avaient mis en garde contre les conséquences économiques d'une telle décision qui risquait de peser sur les consommateurs.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés