Les bonnes surprises des démocrates américains

©AFP

Les favoris de la course à l'investiture démocrate pour l'élection présidentielle de 2020 aux Etats-Unis, Joe Biden et Bernie Sanders, ont multiplié les attaques contre Trump lors du deuxième débat. Plusieurs "petits" candidats se sont fait remarquer lors de cette joute marquée par les thèmes de la migration et de l'assurance santé.

Le peuple américain a conscience que Trump est un imposteur, un menteur pathologique et un raciste, et qu'il a menti au peuple américain durant la campagne.
Joe Biden
Candidat à l'investiture démocrate

Bernie Sanders et Joe Biden au centre de l'estrade. Face à eux, la sénatrice de Californie Kamala Harris et le maire de South Bend, dans l'Indiana, Pete Buttigieg. Et aussi six autres candidats crédités de 1% des intentions de vote. Le deuxième débat opposant une dizaine de candidats à l'investiture démocrate US avait lieu jeudi soir.

Les deux favoris à l'investiture démocrate, Biden et Sanders. ©AFP

Le sénateur indépendant Bernie Sanders, "socialiste" revendiqué, a d'emblée dénoncé les inégalités économiques: "Nous pensons que l'heure est au changement, un changement véritable." Il a admis que son programme comportait des hausses d'impôts pour la classe moyenne, qui seraient annulées par sa réforme du système de santé, qu'il rendrait gratuit.

 

Donald Trump nous a placés dans une situation horrible. Il y a d'énormes inégalités salariales.
Joe Biden

Joe Biden, qui défend la classe moyenne, a, lui, accusé le républicain Donald Trump d'avoir mis l'Amérique dans une "situation horrible", dénonçant la réforme fiscale introduite par le président: "Donald Trump pense que Wall Street a construit l'Amérique." Mais l'actuel favori des sondages, âgé de 76 ans, a vite été attaqué sur son âge...

"Si nous voulons régler les problèmes, passez le témoin, si nous voulons résoudre le chaos climatique, passez le témoin, si nous voulons mettre fin à la violence par les armes et résoudre la dette étudiante, passez le témoin", a répété Eric Salwell, un parlementaire peu connu de 38 ans.

Qui s'est fait remarquer?

Kamala Harris ©AFP

La sénatrice noire Kamala Harris, ancienne procureure âgée de 54 ans en retrait après un début de campagne réussi, a réussi à se faire remarquer, notamment sur l'immigration et la santé, avec des interventions déterminées remplies d'émotion. Elle est actuellement 4e des sondages. 

Chrétien pratiquant, le maire de South Bend (Indiana) Pete Buttigieg a dénoncé les séparations de familles à la frontière mexicaine ordonnées un temps par l'administration Trump. Le benjamin de la course (37 ans) est le premier candidat de poids dans une élection présidentielle à s'être déclaré homosexuel.

Julian Castro avait créé la sensation au cours du premier débat, mercredi soir, lors des échanges sur l'immigration, jouant à fond sur ses origines mexicaines et sur sa connaissance du dossier. Signe de l'importance du vote hispanique, plusieurs candidats ont prononcé quelques phrases en espagnol au cours de ce premier débat.

Proche des 0% dans les sondages, le maire de New York Bill de Blasio, réputé terne et impopulaire, avait été l'autre surprise du premier soir en se montrant exceptionnellement incisif.

L'assurance-santé en question

Mercredi, Elizabeth Warren, actuellement 3e dans les sondages, avait prôné un système d'assurance maladie pour tous financé par le gouvernement, se démarquant de la plupart de ses rivaux. Jeudi, le débat s'est à nouveau enflammé lorsque la question de l'assurance maladie a été évoquée. Seuls Sanders et Harris ont levé la main pour signifier qu'ils sont pour la fin à l'assurance privée. Mais tous les candidats ont levé la main en faveur d'une assurance santé pour les migrants clandestins.

Cela a fait dire à Donald Trump, qui a placé la lutte contre l'immigration au coeur de son mandat, que la course des démocrates à la présidence était terminée: "Tous les démocrates ont levé la main pour donner accès à des soins de santé illimités à des millions d'étrangers clandestins. Et si on s'occupait en premier des citoyens américains?! C'est la fin de cette course!", a-t-il déclaré sur Twitter.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés