Les démocrates s'organisent pour évincer Donald Trump

Nancy Pelosi, la présidente de la Chambre des représentants, a annoncé une série d'actions pour faire partir le président républicain. ©AFP

À quelques jours de la fin du mandat de Donald Trump, les démocrates sont prêts à lancer un nouvel "impeachment" si le vice-président Mike Pence ne se résout pas à le démettre de ses fonctions en invoquant le 25e amendement.

Privé de Twitter et lâché par un nombre croissant de responsables républicains après avoir incité ses partisans à envahir le Capitole, Donald Trump va encore subir un assaut des démocrates ce lundi. En effet, ceux-ci vont voter, à la Chambre des représentants, une résolution demandant au vice-président Mike Pence d'invoquer le 25e amendement de la Constitution pour démettre le président de ses fonctions.

"Pour protéger notre Constitution et notre démocratie, nous allons agir dans l'urgence, parce que ce président représente une menace immédiate pour les deux."
Nancy Pelosi
Présidente de la Chambre des représentants

Pourquoi? Ils considèrent qu'il a encouragé ses partisans à marcher mercredi dernier sur le Capitole, un assaut qui a causé la mort de 5 personnes.

Si Mike Pence ne répond pas à la demande, les démocrates entameront les préparatifs d'une deuxième procédure de destitution (impeachment) contre Donald Trump, selon Nancy Pelosi. "Pour protéger notre Constitution et notre démocratie, nous allons agir dans l'urgence, parce que ce président représente une menace immédiate pour les deux", a écrit présidente de la Chambre des représentants. Vendredi, elle avait expliqué avoir passé en revue avec le chef d'état-major de l'armée les mesures envisageables pour empêcher Donald Trump de recourir à l'arme nucléaire.

Joe Biden, qui a dit tenir Donald Trump pour responsable des incidents au Capitole, n'a pas pris position sur la procédure de destitution, indiquant vouloir laisser le Congrès gérer cette question pour se consacrer à la lutte contre le coronavirus et à la relance économique.

Peu de chance d'aboutir rapidement

Mike Pence est opposé au recours au 25e amendement de la Constitution pour démettre Donald Trump de ses fonctions, selon un conseiller. Mais environ 200 élus de la Chambre, soit près de la moitié des représentants, soutenaient, dimanche soir, le projet de résolution visant à destituer Donald Trump, qui avait déjà été visé par une telle procédure dans le cadre de l'affaire ukrainienne (lire encadré).

25e
amendement
Le 25e amendement de la Constitution consiste, pour le vice-président et les principaux ministres, à constater l'inaptitude du président à exercer sa fonction.

Néanmoins, tant la tentative d'impeachment que le recours au 25e amendement ne sont pas des procédures assurées de succès et le temps semble vraiment trop court pour les mener à bien. Elles pourraient toutefois être poursuivies après la passation de pouvoir, le 20 janvier prochain. Si Trump se voyait démis de ses fonctions après cette date, cela pourrait l'empêcher d'exercer d'autres mandats politiques.

Le président sortant, qui veut mettre en avant ce qu'il considère comme les réussites de son mandat, a prévu de se rendre mardi dans une ville du Texas frontalière du Mexique. La lutte contre l'immigration et la construction d'un mur à la frontière sud des États-Unis figuraient parmi les axes principaux de sa campagne en 2016 et de sa présidence.

La procédure de destitution de 2019-2020

Le président Trump a déjà été visé, fin 2019, par une procédure de destitution. Les démocrates lui reprochaient, notamment, d'avoir fait pression sur les autorités ukrainiennes pour qu'elles ouvrent une enquête à l'encontre de Joe Biden et de son fils Hunter.

Au cœur du dossier monté par Donald Trump et son avocat Rudy Giuliani: le rôle joué par Hunter Biden au sein d'une société énergétique ukrainienne dont le CEO était accusé, entre autres, de blanchiment d'argent. Selon les démocrates, les accusations de Donald Trump étaient infondées, ce dernier cherchant à faire de l'ombre à Joe Biden, alors candidat à la Maison-Blanche.

En février 2020, le Sénat, chargé du procès en destitution (et majoritairement républicain), acquitta le président par 52 voix contre 48, ce qui clôtura la procédure.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés