Les députés américains adoptent un texte visant à lutter contre les violences policières

La Chambre des représentants a adopté une proposition de loi baptisée George Floyd du nom de cet Afro-Américain décédé lors de son interpellation par la police le 25 mai dernier. ©AFP

La Chambre des représentants américaine a adopté un projet de réforme des forces de l'ordre visant à mettre fin aux violences policières. C'est au tour du Sénat de se prononcer.

Près de 10 mois après le décès de George Floyd lors de son interpellation par la police, le Congrès américain prend des mesures concrètes pour lutter contre les violences policières et racistes qui sévissent dans le pays. La Chambre des représentants a adopté, mercredi, un projet de réforme des forces de l'ordre.

Hasard du calendrier, on est à cinq jours de l'ouverture du procès du policier en cause dans le décès de George Floyd. Derek Chauvin sera jugé pour meurtre à partir de lundi prochain. Il avait maintenu son genou sur le cou de sa victime afro-américaine pendant près de neuf minutes.

Que prévoit le texte de loi?

La proposition de loi, qui porte le nom de George Floyd, prévoit notamment l'interdiction des prises d'étranglement - une méthode impliquée dans plusieurs incidents récemment médiatisés-, la tenue d'un registre national recensant les policiers licenciés pour abus et la limitation des transferts d'équipements militaires aux forces de l'ordre.

"Le texte n'effacera pas les siècles de racisme systémique, mais il sera un pas énorme vers la construction d'une relation meilleure, plus saine, entre la police et des communautés qu'elle respecte."
Nancy Pelosi
Présidente démocrate de la Chambre des représentants

Est également visée l'immunité dont jouissent largement les policiers lors de poursuites, ainsi que la fin des mandats de perquisition permettant aux agents d'entrer sans frapper chez les suspects pour les infractions liées aux stupéfiants.

On se souviendra que Breonna Taylor, une infirmière noire, avait été tuée par balle par trois agents de police dans la nuit du 12 au 13 mars 2020. Ceux-ci agissaient dans le cadre d'un avis de recherche erroné. Un seul d'entre eux a été inculpé pour mise en danger de la vie d’autrui... En l’espèce des voisins de la victime

Vers un probable blocage au Sénat

"Le texte n'effacera pas les siècles de racisme systémique" aux États-Unis, a commenté la présidente démocrate de la Chambre, Nancy Pelosi, avant l'adoption du projet. "Mais il sera un pas énorme vers la construction d'une relation meilleure, plus saine, entre la police et des communautés qu'elle respecte."

Le texte nécessitera sans doute des ajustements si les démocrates espèrent passer le cap du Sénat.

Cela étant, le sort que réservera le Sénat à ce texte reste encore très incertain. Adopté en juin par la chambre basse du Congrès, à majorité démocrate, il était resté bloqué jusqu'en janvier au Sénat, alors aux mains des républicains. Les démocrates leur ont ravi le pouvoir de facto en début d'année, avec une égalité de 50 élus démocrates et 50 élus républicains.

Cette proposition de loi a donc été réintroduite la semaine dernière par les démocrates de la Chambre et a finalement adoptée par une majorité très serrée, 220 voix contre 212. Un seul républicain l'a soutenue et deux démocrates ont voté contre. Le texte nécessitera sans doute des ajustements si les démocrates espèrent passer le cap du Sénat, après que Joe Biden y a essuyé un premier revers mardi avec le retrait de la candidature de Neera Tanden pour le poste de directrice du Bureau du budget de la Maison-Blanche...

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés