Merkel tend la main à Trump sur le commerce

©REUTERS

Si Donlad Trump s'est montré intransigeant sur l'Iran, la chancelière Angela Merkel a essayé d'arrondir les angles sur le différend commercial qui oppose les Etats-Unis et l'Allemagne.

Donald Trump a loué vendredi les qualités d'Angela Merkel, "une femme extraordinaire", mais les deux dirigeants ont surtout pris acte de leurs points de désaccords, du nucléaire iranien aux tarifs douaniers. Le président US n’a donné aucun signe de vouloir assouplir sa position sur l’accord conclu du temps d'Obama avec l'Iran, en martelant lors de la visite à Washington d’Angela Merkel que Téhéran "n’aurait pas la bombe atomique".

A défaut de percée visible sur l’Iran, la chancelière allemande a tenté d’apaiser les tensions commerciales entre les deux pays, après que Donald Trump a répété devant la presse qu’il entendait "corriger" le déficit commercial des Etats-Unis avec l’Europe.

Angela Merkel s’est dite ouverte à l’idée de négocier un accord commercial bilatéral entre l’Allemagne et les Etats-Unis. "Nous voulons un commerce respectueux du système commercial multilatéral de l’OMC (Organisation mondiale du commerce) mais nous devons reconnaître que depuis de nombreuses années, l’OMC a été incapable de produire des accords internationaux", a souligné la chancelière. "Je pourrais donc très bien envisager de telles négociations (bilatérales) avec les Etats-Unis".

Mais la chancelière allemande a clairement indiqué que les discussions avaient été difficiles. "Nous avons échangé sur négociations en cours et les positions des uns et des autres (...) La décision appartient au président", a-t-elle expliqué. Après avoir promulgué des taxes de 25% sur les importations d'acier et de 10% sur celles d'aluminium, Donald Trump a exempté l'Union européenne jusqu'au 1er mai mais aucune décision n'a été annoncé au-delà de cette date, faisant redouter une guerre commerciale si aucune solution n'est trouvée.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés