Obama et Castro, ça coince sur les droits de l'homme

©EPA

Barack Obama a salué un "jour nouveau" dans les relations entre les Etats-Unis et Cuba, tout en reconnaissant que de réelles "différences" demeuraient entre les deux pays.

Barack Obama, arrivé à La Havane dimanche, a indiqué qu'il avait eu un échange "franc et honnête" avec Raul Castro à propos des droits de l'homme et des domaines de coopération entre les deux pays. Il a appelé Cuba à améliorer son bilan en matière de droits de l'homme.

"Nous continuons d'avoir de sérieuses divergences, notamment sur la démocratie et les droits de l'homme."
Barack Obama
Président américain

De son côté, le président cubain a déploré que les Etats-Unis aient deux poids et deux mesures sur cette question. Par ailleurs, Raul Castro, qui répondait en direct aux questions des journalistes - ce qui est rare - a montré de l'agacement après une question portant sur les prisonniers politiques"Donnez-moi tout de suite une liste de ces prisonniers politiques et si cette liste existe, ils seront relâchés avant la fin de la nuit", a lancé le chef de l'Etat cubain.

Embargo et Guantanamo

Premier président américain en exercice à se rendre à Cuba depuis Calvin Coolidge en 1928, Barack Obama entend tourner la page d'une hostilité datant de la Guerre froide, qui a débuté peu après le renversement en 1959 d'un gouvernement cubain pro-américain par des révolutionnaires emmenés par Fidel Castro, frère de l'actuel président.

De nombreux obstacles demeurent néanmoins sur la voie d'une pleine normalisation des relations entre les deux pays, en premier lieu l'embargo économique des Etats-Unis sur Cuba que le Congrès à majorité républicaine à Washington refuse de lever.

©AFP

Lors de sa conférence de presse, Raul Castro a estimé que l'embargo et la présence américaine sur la base de Guantanamo constituaient les principaux obstacles à des relations bilatérales plus apaisées.

La Russie, grand soutien et allié du régime cubain du temps de l'Union soviétique, a estimé lundi que la visite de Barack Obama et le rapprochement entre Washington et La Havane étaient dans l'intérêt de Moscou.

Mardi, Barack Obama prononcera un discours très attendu que retransmettra en direct la télévision cubaine, et assistera à un match de baseball - sport très populaire à Cuba - qui opposera l'équipe Tampa Bay Rays, venue de Floride, à l'équipe nationale cubaine. 

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés