Primaires démocrates: et le vainqueur est... Trump

Le parti démocrate a dû reporter au lendemain la diffusion des résultats du caucus en Iowa. Un fiasco qui pourrait laisser des traces. ©REUTERS

Au lendemain du premier vote des primaires démocrates pour la Maison-Blanche, dans l'Iowa, le parti restait incapable mardi de publier le moindre résultat, un fiasco technique et politique raillé par l'homme que les démocrates veulent battre en novembre, Donald Trump.

L'absence totale de résultats des "caucus" de lundi soir prive les candidats de l'élan créé habituellement par l'Iowa, petit État rural fier de lancer les primaires depuis les années 1970. Les journaux américains n'ont pu afficher sur leur une mardi aucun vainqueur, et l'actualité politique se détourne sur le discours sur l'état de l'Union que prononce le Président républicain au Congrès mardi soir, et sur son acquittement prévu mercredi au Sénat dans son procès en destitution.

Remplissant le vide, deux candidats revendiquaient en attendant le succès: le sénateur Bernie Sanders, 78 ans, qui était en tête des sondages et avait failli remporter l'Iowa contre Hillary Clinton il y a quatre ans, et l'ex-maire modéré Pete Buttigieg, 38 ans, surgi de nulle part l'an dernier. Pete Buttigieg a affirmé dans des interviews mardi depuis le New Hampshire, qui votera dans une semaine, avoir engrangé une "nette victoire", sur la base de ses propres estimations, mais sans explicitement dire s'il pensait avoir battu Bernie Sanders ou seulement avoir dépassé les attentes.

Contre-performance de Biden

Le trentenaire veut reprendre à Joe Biden le flambeau de l'aile modérée du parti, et espère que son bon score rassurera ceux qui doutent de sa jeunesse. "Nous nous sommes établis comme la candidature de ceux qui veulent battre Donald Trump", a-t-il dit sur CNN, vantant un message "qui ne rejette pas ceux qui ne sont pas d'accord avec nous à 100%". L'ancien vice-président de Barack Obama, Joe Biden, semblait, lui, avoir réalisé une contre-performance, selon les résultats de quelques grands bureaux de vote, et une estimation publiée par le camp Sanders.

Rien ne fonctionne, exactement comme lorsque (les démocrates) dirigeaient le pays.
Donald Trump
Président des États-Unis

Le parti démocrate de l'Iowa a expliqué mardi dans un communiqué que le problème venait de l'application développée pour que les responsables des 1.700 bureaux de vote rapportent les résultats. Le parti affirme qu'il n'existe aucun signe d'intrusion ou de piratage informatique.

Trump ricane

"Rien ne fonctionne, exactement comme lorsqu'ils dirigeaient le pays", a tweeté mardi matin Donald Trump. Puis il a ironisé: "Quand les démocrates commenceront-ils à blâmer la RUSSIE, la RUSSIE, la RUSSIE, au lieu de leur propre incompétence?"

Les candidats démocrates ne se sont pas attardés dans l'Iowa et ont rallié dans la nuit le New Hampshire, qui votera le 11 février lors d'une primaire normale, organisée par l'État et avec des bulletins de vote.

"Les premiers, probablement Sanders et Buttigieg, auraient pu exploiter leurs performances pour se lancer dans le New Hampshire. Au lieu de cela, c'est l'incompétence choquante du parti démocrate de l'Iowa qui fait la une. Et qui croira les résultats quand ils seront enfin publiés?", dit à l'AFP Larry Sabato, professeur à l'université de Virginie.

Un système archaïque

L'Iowa a un système archaïque de "caucus", des assemblées d'électeurs qui se regroupent physiquement, dans chaque bureau, sous la bannière de candidats, lors de deux tours. Ce système vanté comme un exercice de démocratie pure est depuis longtemps dénoncé comme limitant la participation et intimidant, puisque le vote n'est pas secret.

Tous les quatre ans, des critiques se lèvent contre l'importance disproportionnée accordée à l'Iowa et ses quelques centaines de milliers d'électeurs, non représentatifs du pays, mais l'État a maintenu contre vents et marées sa place de premier.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés