Quand Warren Buffett dézingue le projet fiscal de Trump

©REUTERS

Le projet de réforme fiscale de Donald Trump a essuyé de nouvelles critiques mardi de la part de deux personnalités de premier plan à Wall Street, dont le très écouté milliardaire Warren Buffet, qui jugent que la baisse proposée du taux d'imposition des sociétés américaines est excessive.

La réforme fiscale voulue par Donald Trump et son administration n'a toujours pas pointé le bout de son nez. Ce qui ne lui empêche pas de s'attirer les foudres de nombreux spécialistes en la matière qui pensent que le projet n'allégera pas la fiscalité de nombreux Américains de la classe moyenne.

La Maison blanche et les républicains doivent à présent composer avec les avis de deux éminents investisseurs à Wall Street. L'homme d'affaires Warren Buffett et le directeur de BlackRock Larry Fink ont indiqué dans des interviews séparés qu'il n'était pas nécessaire de réduire d'autant l'impôt des sociétés.

"Nous avons beaucoup de sociétés (...) Je crois qu'aucune d'entre elles manque de compétitivité en raison du taux d'imposition", a souligné Warren Buffett, patron emblématique du holding d'investissement Berkshire Hathaway, à la chaîne CNBC. De son côté, Larry Fink a déclaré qu'une baisse du taux d'imposition à 27% suffirait aux entreprises américaines tout en évitant d'avoir à augmenter le déficit budgétaire fédéral. "Ce qui est proposé représente une augmentation assez importante de nos déficits", a-t-il dit à Bloomberg TV.

Un coût faramineux

Le projet républicain dévoilé la semaine dernière propose de ramener le taux de l'impôt sur les bénéfices à 20%, contre un taux actuel de 35%, auquel de nombreuses multinationales échappent déjà en tirant parti des nombreux échappatoires.

Selon les calculs d'analystes indépendants, il comporte au total jusqu'à 6.000 milliards de dollars (5.100 milliards d'euros) de baisses d'impôts, ce qui d'après le Donald Trump et le Parti républicain sera compensé par la suppression de niches, déductions et rabais fiscaux et par l'impact positif sur la croissance.

Les républicains estiment aussi que la baisse de l'impôt sur les sociétés créera des emplois et entraînera des augmentations de salaires, une analyse contestée par les démocrates.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés