"Si Téhéran veut se battre, ce sera la fin officielle de l'Iran" (Donald Trump)

©EPA

Donald Trump a menacé l'Iran de destruction sur fond de tensions accrues entre Washington et Téhéran. Mais, au sein même se son administration, les avis divergent.

 

Les relations entre Téhéran et Washington sont extrêmement tendues depuis le rétablissement des sanctions économiques américaines ayant fait suite à la décision de Donald Trump de claquer la porte de l'accord nucléaire de 2015. C'est dans ce climat que le président américain a twitté: "Si l'Iran veut se battre, ce sera la fin officielle de l'Iran. Plus jamais de menaces à l'encontre des Etats-Unis."

Les tensions entre Washington et Téhéran se sont encore exacerbées depuis que les Etats-Unis ont annoncé le déploiement dans le Golfe du porte-avions Abraham Lincoln et de bombardiers B-52, invoquant des "menaces" de la part de l'Iran.

Menaces en Irak

L'administration Trump a ordonné au personnel diplomatique non essentiel de quitter l'Irak, citant des menaces émanant de groupes armés irakiens soutenus par l'Iran. Et dimanche, une roquette Katioucha a été tirée contre la Zone Verte à Bagdad, qui accueille des institutions gouvernementales et des ambassades, dont celle des Etats-Unis. Qui est derrière cette attaque? C'est assez flou.

La presse américaine spécule sur des divergences au sein du cabinet de Trump sur la manière de traiter le dossier iranien. Selon les médias américains, le conseiller à la sécurité nationale John Bolton fait pression en faveur d'une ligne dure contre l'Iran, mais d'autres au sein de l'administration y sont opposés. Donald Trump, lui-même, a dit récemment qu'il avait dû "tempérer" John Bolton.

Le ministre des Affaires étrangères iranien Mohammad Javad Zarif a bien sûr répondu, quelques heures plus tard:

"M. Trump espère réussir là où Alexandre (le Grand), Gengis (Khan) et les autres agresseurs ont échoué. Les Iraniens sont restés debout pendant des millénaires alors que leurs agresseurs (sont) tous partis. Le #TerrorismeEconomique et les railleries génocidaires ne mettront pas 'fin à l'Iran'. #NeJamaisMenacerUnIranien. Essayez le respect - ça marche"

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect