Trump au Texas pour exiger les fonds nécessaires à son mur frontalier

©AFP

Donald Trump s'est rendu ce jeudi à McAllen, ville texane frontalière avec le Mexique, pour défendre son idée de mur, source d'un vif conflit avec les démocrates qui a provoqué la paralysie partielle de l'administration fédérale.

Donald Trump s'est à nouveau dit en droit de décréter l'état d'urgence pour s'affranchir de l'aval du Congrès et obtenir le déblocage des fonds nécessaires à l'édification du mur qu'il a promis à la frontière mexicaine. Le président des Etats-Unis s'est rendu ce jeudi à McAllen, localité frontalière du Texas, afin de démontrer le bien fondé de ses exigences. Il était accompagné de familles endeuillées par des crimes imputés à des immigrés clandestins et de gardes-frontières qui ne perçoivent plus de salaire en raison du bras de fer budgétaire avec le Capitol, qui a privé un quart des services publics de leurs budget.

©REUTERS

"Sans cette barrière, une barrière très importante quelle qu'en soit la forme, on ne pourra résoudre ce problème", a-t-il déclaré à la presse, en désignant des saisies d'héroïne, d'armes à feu et un sac plein d'argent liquide. La veille, le président avait mis fin de façon abrupte à une nouvelle rencontre avec les chefs de files du Parti démocrate, désormais majoritaire à la Chambre des représentants.

Avant de se rendre au Texas, il a réaffirmé avoir "absolument le droit de déclarer l'état d'urgence". "Je ne suis pas prêt à le faire pour l'instant, mais je le ferai s'il le faut. Si on ne trouve pas une solution, je vais probablement le faire."

Donald Trump réclame 5,7 milliards de dollars pour le financement d'une barrière en métal - et non plus du mur en béton qu'il a promis lors de la campagne présidentielle - afin de résoudre ce qu'il qualifie de crise sécuritaire et humanitaire à la frontière sud des Etats-Unis. N'ayant pu obtenir satisfaction, le président a décidé de ne pas ratifier plusieurs budgets fédéraux, ce qui a provoqué la paralysie d'environ 25% des services administratifs. La situation dure depuis le 22 décembre.

©AFP

Ce "shutdown" deviendra vendredi le plus long de l'histoire des Etats-Unis, à égalité avec celui de 1995 qui avait duré 21 jours lors du premier mandat de Bill Clinton. Si Donald Trump a recours à l'état d'urgence, il est probable qu'il décide d'affecter certains crédits alloués au département de la Défense à la construction de la barrière frontalière. Une telle initiative risque d'entraîner un recours constitutionnel des démocrates, ce déplacerait le bras de fer sur le terrain judiciaire et mettrait fin au "shutdown".

Une opposition politique qui a poussé Donald Trump à renoncer à se rendre au Forum économique mondial de Davos, en Suisse. "En raison de l'intransigeance des démocrates sur la sécurité frontalière et de la grande importance de la sécurité de la nation, j'annule mon très important voyage à Davos en Suisse pour le Forum économique mondial", a annoncé Donald Trump sur Twitter.

Lire également

Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content