Trump lance une guerre technologique, Pékin réplique

©AFP

Donald Trump a signé un décret interdisant aux entreprises américaines d'utiliser du matériel de télécommunication fabriqué par des entreprises présentant un risque pour la sécurité nationale. Huawei est clairement visé.

En pleine guerre commerciale avec Pékin, le président Donald Trump a interdit aux réseaux américains de télécoms de se fournir en équipements auprès de sociétés étrangères jugées à risque. Une décision qui semble avant tout viser la Chine. En plein milieu d'une guerre commerciale qui voit les marchés tanguer au rythme des décisions, ou simples humeurs, du président américain...

Des adversaires étrangers exploitent de façon croissante des vulnérabilités dans les services et les infrastructures technologiques de l'information et de la communication aux Etats-Unis.
La Maison-Blanche

Trump a déclaré une "urgence nationale" pour prendre ce décret qui était attendu. La décision vise notamment Huawei, depuis longtemps dans le collimateur des autorités américaines. 

Le géant chinois des télécoms a jugé que ce décret empiétait sur ses droits. "Restreindre les activités de Huawei aux Etats-Unis ne rendra pas ce pays plus sûr ni plus fort", a estimé le groupe chinois. "Cela ne fera au contraire que cantonner les Etats-Unis à des alternatives inférieures et plus coûteuses."

Quel est le problème avec Huawei? 

Les Etats-Unis estiment que les équipements de Huawei pourraient servir à des activités d'espionnage de la Chine et ils exhortent leurs alliés, notamment en Europe, à ne pas s'appuyer sur le groupe chinois pour le déploiement de la nouvelle génération de téléphonie mobile, la 5G. Il faut savoir que les lois chinoises obligent les groupes dont le siège social est en Chine à apporter une aide technique aux services de renseignement. D'où ces soupçons que les équipements d'Huawei permettraient à Pékin d'espionner les communications des pays qui les utiliseraient. 

Liste noire

Le département du Trésor a aussi  annoncé le placement de Huawei et de 70 de ses filiales sur une liste noire (la "Liste des entités"). Le groupe chinois devra désormais demander une dérogation pour acheter des pièces et composants électroniques aux sociétés américaines.

Pour rappel, les deux premières économies mondiales s'affrontent par l'imposition mutuelle de droits de douane accrus. Le président américain avait un peu calmé le jeu en début de semaine, parlant d'une rencontre "probablement très fructueuse" avec le président chinois fin juin.

Le contexte est donc difficile... Et Pékin ne s'est pas fait prier pour répondre, mettant Washington en garde contre "une atteinte" aux relations commerciales. "Nous exhortons les Etats-Unis à mettre fin à leurs actions incorrectes (...) pour éviter de nuire davantage aux relations économiques et commerciales", a réagi un porte-parole du ministère chinois du Commerce, Gao Feng.

"Lancer maintenant une guerre technologique" ou commerciale "n'est pas approprié", a réagi le président français Emmanuel Macron.

 

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect

Messages sponsorisés

n