"Trump n'a pas fait pression sur le président ukrainien"

©Photo News

Le président américain aurait tenté de trouver des points de pression sur son futur concurrent démocrate Joe Biden en enquêtant sur le travail de son fils en Ukraine. Ce que réfute le ministre ukraine des Affaires étrangères.

Selon le Wall Street Journal, Donald Trump aurait pressé son homologue ukrainien Volodimir Zelenski, à quelque huit reprises au cours d'un entretien téléphonique en juillet, de coopérer avec son avocat personnel, Rudolph Giuliani, pour ouvrir une enquête sur le fils de Joe Biden, candidat à l'investiture du Parti démocrate pour l'élection présidentielle de 2020. Une rumeur démentie par le ministre ukrainien des Affaires étrangères. 

"Je connais le contenu de cette conversation [entre Donald Trump et Volodimir Zelenski] et je pense qu'il n'y a pas eu de pression"
Vadim Pristaïko
ministre ukrainien des Affaires étrangères

"Je connais le contenu de cette conversation et je pense qu'il n'y a pas eu de pression", a déclaré, Vadim Pristaïko, dans une interview à la radio Hromadske diffusée ce samedi. "Cette conversation était longue, amicale, et a porté sur de nombreuses questions nécessitant parfois des réponses sérieuses". Il a également défendu le droit de l'Ukraine à préserver la confidentialité de cet entretien. "Nous sommes un pays indépendant, nous avons nos secrets".

Pour mémoire, la conversation a été révélée par un lanceur d'alerte appartenant à la communauté américaine du renseignement et déclenché un scandale à Washington. Les démocrates dénoncent une atteinte à la sécurité nationale et un abus de pouvoir de la part de Donald Trump.

Le fils de Joe Biden, Hunter Biden, a travaillé à partir de 2014 pour le groupe énergétique ukrainien Burisma Holding. Le camp conservateur américain, qui le soupçonne d'actes de corruption, affirme qu'il aurait bénéficié de la protection de son père, alors vice-président.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect

Messages sponsorisés

n