Trump prépare son retour en grandes pompes... sur les réseaux sociaux

Début janvier, le réseau social Twitter a décidé de suspendre le compte de Donald Trump de façon permanente. ©REUTERS

Selon son conseiller, l'ex-président américain Donald Trump devrait revenir sur les réseaux sociaux d'ici la fin du printemps, sans doute via une "plateforme non traditionnelle".

Ses sorties parfois assassines, souvent insolites, sur Twitter manqueront à certains, tandis que d'autres se réjouiront de son absence. Cela fait maintenant deux mois que Donald Trump a été banni du réseau social à l'oiseau bleu. Conséquence de ses nombreux tweets dans lesquels il affirmait corps et âme avoir gagné l'élection présidentielle, et ce malgré plusieurs recomptages des voix.

Après cette petite cure loin de ses 88 millions d'abonnés, voilà donc que l'ancien président préparerait son grand come-back sur les réseaux sociaux, dixit son principal conseiller Jason Miller. Interrogé lors d'un podcast de Mediaite, il a indiqué que l'équipe de Trump a eu des conversations continues "avec les deux plateformes de réseaux sociaux existantes (Twitter et Facebook, NDLR) et aussi potentiellement avec des nouvelles plateformes", depuis son éjection de Twitter et Facebook après les émeutes meurtrières au Capitole le 6 janvier.

Le Conseil de surveillance de Facebook a annoncé qu'il commencerait à accepter les commentaires du public sur la suspension de Donald Trump.

"Nous ne sommes pas très loin de voir le président Trump revenir sur les réseaux sociaux", a déclaré Jason Miller. "Je pense que ce sera sur de nouvelles plateformes que vous n'avez peut-être jamais vues auparavant, et ce sera un séisme dans le monde des réseaux sociaux, car tout ce qu'il touche devient titanesque", a-t-il ajouté.

Facebook ouvert à l'avis du public

Si Trump prépare son retour, il y a en effet fort à parier qu'il le fera ailleurs que sur les plateformes "traditionnelles", puisqu'il est également devenu persona non grata sur Facebook, Instagram mais aussi Snapchat ou Twitch. Son conseiller ne croit d'ailleurs pas à une possible miséricorde de la part de Jack Dorsey, le CEO de Twitter.

Du côté de Facebook, le Conseil de surveillance de l'entreprise a récemment annoncé qu'il commencerait à accepter les commentaires du public sur la suspension de l'ancien président. Il doit rendre une décision sur le sort de Trump dans les 90 jours suivant le 21 janvier.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés