Trump recule sur les droits de douane, mais ne renonce pas

©REUTERS

Donald Trump a promis ce lundi qu’il annulerait les taxes douanières sur l’acier et l’aluminium – idée hautement controversée – si un nouvel accord de libre-échange Aléna "juste" est signé. Ce changement d'avis ne vise toutefois que l'accord avec le Mexique et le Canada.

Et revoici l’idée, ô combien controversée, de Donald Trump d’imposer de fortes taxes douanière sur l’acier et l’aluminium. Mais cette fois il s’agit de l’annuler… à une condition: qu’un nouvel accord de libre-échange Aléna "juste" soit signé. Certes ce changement d'avis ne vise nullement l'Europe. Donald Trump a affirmé en effet pouvoir transiger sur les taxes envisagées sur l'aluminium et l'acier si un nouvel accord de libre-échange "juste" avec le Mexique et le Canada était signé.

→ Donald Trump avait annoncé la semaine dernière qu’il imposerait des droits de douane de 25% pour l’acier et de 10% pour l’aluminium, et avait ainsi fait trembler les marchés européens. Le Mexique et le Canada pourraient donc ne pas être touchés par cette hausse des tarifs douaniers.

"Nous avons de profonds déficits avec le Mexique et le Canada. L'Aléna, qui est en cours de renégociation en ce moment même, a été un mauvais accord pour les Etats-Unis. Enormes délocalisations d'entreprises et d'emplois. Les taxes sur l'acier et l'aluminium seront retirées uniquement si un nouvel accord juste de l'Aléna est signé", a déclaré le président américain sur Twitter.

"Aussi, le Canada doit bien mieux traiter nos agriculteurs. Très restrictif", a-t-il écrit, avant d’ajouter: "Le Mexique doit en faire beaucoup plus pour empêcher les drogues d'inonder les Etats-Unis. Ils n'ont pas fait ce qu'il faut. Des millions de gens sont dépendants et meurent."


Le ton monte

Le Premier ministre canadien Justin Trudeau a appelé lundi Donald Trump pour lui dire que des droits de douane seraient un obstacle aux discussions en cours pour réviser l'Aléna, a-t-on appris dans l'entourage du gouvernement canadien.

Six mois de discussions tendues n'ont pas permis de beaucoup avancer dans la renégociation de l'Aléna. Donald Trump a fait miroiter au Mexique et au Canada des exemptions sur les droits de douane américains sur l'acier et l'aluminium s'ils acceptaient de renégocier l'Aléna dans des termes plus favorables aux Etats-Unis. Il s'est vu opposer une fin de non-recevoir.

Donald Trump a aussi menacé d'imposer des taxes sur les importations automobiles fabriquées en Europe si l'UE décidait de mettre en oeuvre des mesures de rétorsion. 

Il est encore possible que Trump amende son annonce initiale pour tenir compte des inquiétudes qui se sont exprimées, dit-on de source proche du débat à la Maison blanche. Trump a souvent haussé le ton sur le commerce, mais ses mots n'ont pas toujours été suivis d'effet. Il a ainsi souvent dit qu'il se retirerait de l'Aléna qu'il estime être la cause de suppressions d'emplois aux Etats-Unis. Mais, un an après son arrivée à la Maison blanche le traité de 1994 n'a pas changé.

L’Aléna, 7e round

Pour rappel, l’Aléna est un accord de libre-échange nord-américain entré en vigueur en 1994 qui institue une zone de libre-échange entre les USA, le Canada et le Mexique.

En janvier 2017, le gouvernement US annonçait que le président, estimant que l’Aléna était un "désastre" pour son pays, souhaitait renégocier cet accord de libre-échange, ce qu’ont accepté les deux pays partenaires. Les trois membres en sont au 7e round de renégociation, qui doit s’achever ce lundi.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect