Trump relance la guerre commerciale avec la Chine, Pékin riposte

©EPA

Trump taxera à 10%, à compter du 1er septembre, 300 milliards de dollars d'importations chinoises. Ces menaces font plier les marchés. La Chine prévient qu'elle prendra des mesures de rétorsion si les Etats-Unis passent à l'acte...

Donald Trump a annoncé ce jeudi qu'il imposerait à compter du 1er septembre des droits de douane additionnels de 10% sur les 300 milliards de dollars (270 milliards d'euros) d'importations chinoises non encore taxées. "Les discussions commerciales se poursuivent, et durant ces discussions, les Etats-Unis commenceront, le 1er septembre, à imposer de faibles droits de douane additionnels de 10% sur les 300 milliards de dollars restants de biens et de produits venant de Chine dans notre pays", a écrit le président américain sur Twitter. 

Il justifie sa décision surprise par le fait que Pékin n'a pas tenu à ses yeux deux engagements très importants: des achats massifs de produits agricoles américains et le coup d'arrêt aux ventes de fentanyl, puissant analgésique opioïde à l'origine d'une crise de santé publique aux Etats-Unis et dont la Chine est l'un des principaux producteurs. "Mon ami le président Xi (Jinping) avait dit qu'il ferait cesser la vente de fentanyl aux Etats-Unis. Cela ne s'est jamais produit et de nombreux Américains continuent de mourir!", a notamment indiqué Trump dans une série de tweets.

Le président américain précise toutefois que ces nouveaux droits de douane ne concernent pas les 250 milliards de dollars d'importations chinoises déjà taxées à 25%.

Pékin riposte

À Pékin, le chef de la diplomatie chinoise a répondu que cette nouvelle menace n'était une voie ni appropriée ni constructive pour résoudre le conflit commercial. Et la Chine devra prendre des mesures de rétorsion si les Etats-Unis veulent à tout prix imposer des droits de douane supplémentaires sur les produits chinois, a menacé le ministère chinois des Affaires étrangères. La Chine ne veut pas d'une guerre commerciale, mais n'a pas peur d'en faire une, a déclaré Hua Chunying,le  porte-parole du ministère.

Coup dur pour les marchés

Cette annonce a fait l'effet d'une bombe sur les marchés. Les indices à Wall Street se sont immédiatement enfoncés dans le rouge, le Dow perdant 1,05%, le Nasdaq 0,79% et le S&P 500 0,90% à la clôture. Le pétrole new-yorkais a également violemment creusé ses pertes dans la foulée de l'annonce. Le baril de WTI pour livraison en septembre, référence sur le marché new-yorkais Nymex, a lâché 4,63 dollars à la clôture, soit 7,9%, pour s'établir à 53,95 dollars, sa pire chute depuis février 2015. De son côté, le baril de Brent de mer du Nord pour livraison en octobre, référence sur le marché londonien, cédait 6,99% à 60,50 dollars, sa pire chute depuis février 2016. 

Ce vendredi, les marchés européens encaissent aussi mal les menaces du président Trump.

→ Suivez les marchés en temps réels avec notre market live

"Deux lectures de cette annonce"

"Pour que la Fed fasse ce que Trump voudrait, qu'elle adopte une politique extrêmement accommodante, il faudrait que la guerre commerciale s'envenime."
Gregori Volokhine
Meeschaert Financial Services

"On ne l'a pas vu venir", observe Gregori Volokhine, de Meeschaert Financial Services. "On peut faire deux lectures de cette annonce", estime-t-il. "C'est le processus habituel de négociations, ce n'est pas la première fois" que Donald Trump lance des menaces pour forcer la main à la Chine dans les discussions commerciales qui durent désormais depuis plus d'un an, avance M. Volokhine. Mais avec son annonce, le président fait aussi, selon lui, "un pied de nez à la Fed", qui a abaissé les taux d'intérêt mercredi d'un quart de point de pourcentage et a prévenu que cela ne signifiait pas forcément que l'institution abordait ainsi "un long cycle" de baisses.

Donald Trump, qui mardi encore avait réclamé une baisse des taux "forte", avait très vite réagi dans un tweet à la décision de la Fed en affirmant: "Powell nous a encore déçus comme d'habitude". "Pour que la Fed fasse ce que Trump voudrait, qu'elle adopte une politique extrêmement accommodante, il faudrait que la guerre commerciale s'envenime. C'est la seule raison qui pourrait amener la Fed à de nouveau abaisser les taux", estime M. Volokhine.

Des négociations qui doivent se poursuivre

Donald Trump a indiqué que les négociations allaient se poursuivre comme prévu.

 Cette annonce inattendue du président américain survient alors que les négociateurs américains et chinois viennent de reprendre leurs discussions cette semaine à Shanghai. Des échanges que le ministère chinois du Commerce a jugés "sincères, hautement efficaces, constructifs et profonds". La Maison-Blanche a elle aussi évoqué des négociations "constructives" pour tenter de mettre fin à une guerre commerciale déclenchée il y a un peu plus d'un an par le président américain pour forcer Pékin à s'asseoir à la table de négociation.

Donald Trump a d'ailleurs indiqué que ces négociations avec les Chinois allaient se poursuivre comme prévu. Une nouvelle session de discussions est programmée le mois prochain à Washington, selon l'agenda établi avant l'annonce de Trump.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect