Trump toujours "ouvert" à un nouvel accord nucléaire avec l'Iran

©AFP

Alors que Donald Trump a rétabli ce mardi matin les sanctions économiques contre l'Iran, quelques mois après être sorti de l'accord nucléaire, le président américain s'est dit prêt à négocier avec Téhéran.

Donald Trump se dit "ouvert" à un nouvel accord nucléaire avec le régime iranien, tout en confirmant le rétablissement de sanctions économiques contre Téhéran. Le motif? Le pays déstabiliserait le Proche-Orient.

"Je reste ouvert à un accord plus global qui concernerait l'ensemble de ses activités néfastes."
Donald Trump

"Au moment où nous maintenons notre pression économique maximum sur le régime iranien, je reste ouvert à un accord plus global qui concernerait l'ensemble de ses activités néfastes, y compris son programme balistique et son soutien au terrorisme", indique le président américain dans un communiqué.

Ce texte a été publié à quelques heures du retour de sanctions économiques décidé après le retrait unilatéral de son pays de l'accord historique sur le nucléaire conclu en 2015 entre l'Iran et les grandes puissances.

Le président iranien Hassan Rohani a toutefois jugé "insensé" des négociations avec les Etats-Unis et a accusé Washington de "vouloir lancer une guerre psychologique contre la nation iranienne et provoquer des dissensions" parmi les Iraniens. Il s'agit de la première réaction de Rohani aux appels à négocier lancés par le président américain.

"Si vous êtes un ennemi et que vous poignardez quelqu'un avec un couteau, et qu'ensuite vous dites que vous voulez des négociations, la première chose à faire c'est d'enlever le couteau", a dit Rohani. Il a précisé que son pays "avait toujours fait bon accueil à des négociations", mais que les Etats-Unis devaient d'abord prouver leur bonne foi.

Quelles sanctions?

La première vague de sanctions américaines, qui prend effet ce mardi à 7h, comprend des blocages sur les transactions financières et les importations de matières premières, ainsi que des mesures pénalisantes sur les achats dans le secteur automobile et l'aviation commerciale.

Elle sera suivie, en novembre, de mesures affectant le secteur pétrolier et gazier ainsi que la Banque centrale.

"Est-ce que vous pensez que cette personne (Trump) est une personne avec laquelle on peut négocier? Ou est-ce qu'il ne fait que faire l'intéressant?"
Mohammad Javad Zarif
Chef de la diplomatie iranienne

Les entreprises qui contourneraient ces sanctions risquent "de graves conséquences", prévient Trump, qui n'a cessé d'adopter une attitude très hostile envers l'Iran depuis son arrivée au pouvoir, ceci en gage de sa profonde amitié à l'Etat d'Israël, ennemi indéfectible du régime iranien.

Toutefois la semaine dernière, le président américain a créé la surprise en affirmant être prêt à rencontrer les dirigeants iraniens "quand ils veulent". Une ouverture qui a laissé le régime iranien de marbre: "Est-ce que vous pensez que cette personne (Trump) est une personne avec laquelle on peut négocier? Ou est-ce qu'il ne fait que faire l'intéressant?", a répondu le chef de la diplomatie iranienne Mohammad Javad Zarif.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect