Publicité
Publicité

Trump toujours persona non grata sur Facebook

Le 45e locataire de la Maison-Blanche demeure banni de la plateforme. ©AFP

L'ancien président des États-Unis ne peut pas faire son retour sur le réseau social, a décidé un conseil de surveillance indépendant.

L'ex-président des États-Unis Donald Trump reste interdit de publication sur Facebook, a décidé le comité de surveillance des contenus du réseau social ce mercredi. Le 45e locataire de la Maison-Blanche demeure banni de la plateforme, alors qu'elle constituait l'un de ses moyens favoris pour atteindre ses partisans et provoquer ses opposants.

Facebook avait suspendu le compte de Donald Trump après qu'il a encouragé ses partisans à marcher sur le Capitole le 6 janvier dernier. Il entendait ainsi empêcher la certification des résultats des élections présidentielles de novembre dernier qui l'ont vu mordre la poussière face à son opposant démocrate, Joe Biden.

Quatre personnes avaient perdu la vie au cours de cet assaut mené par des milliers d'émeutiers radicaux convaincus d'une falsification de l'issue du scrutin au détriment de Donald Trump.

Quatre personnes avaient perdu la vie au cours de cet assaut mené par des milliers d'émeutiers radicaux convaincus d'une falsification de l'issue du scrutin. Le bâtiment abritant le Congrès n'avait plus été la cible d'une attaque de cette ampleur depuis 1814 pendant la guerre anglo-américaine.

Moyen d'expression favori

L'interdiction était à l'origine temporaire, mais elle a été transformée en une suspension indéfinie le jour suivant. La décision prise ce mercredi par la commission est contraignante.

Le milliardaire républicain a également été banni du réseau social Twitter. Alors que pendant sa campagne électorale de 2015-16 et au cours de son mandat de président, il a utilisé les médias sociaux pour insulter ses rivaux, annoncer des décisions politiques majeures et animer la conversation nationale, Donald Trump doit aujourd'hui se contenter de publier des communiqués de presse et de donner des interviews à des chaînes de télévision conservatrices.

Facebook avait demandé à son conseil de surveillance, un organisme indépendant composé d'universitaires, d'avocats et d'autres personnalités, de réexaminer sa décision de suspendre Trump et de déterminer si elle devait être annulée. L'entreprise s'était précédemment engagée à suivre la recommandation du conseil.

Comme souvent lorsqu'il est contrarité, l'ancien Potus (President of the United States) a risposté de manière bravache. Après avoir lancé sa propre plateforme mardi, baptisée "From the desk of Donald J. Trump", il répondait à la décision de Facebook en agitant une nouvelle fois des accusations de fraude. "L'éléction frauduleuse de 2020 restera connue comme LE GRAND MENSONGE!", a-t-il commenté dans un communiqué de presse diffusé ce mercredi.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés