Trump vire son secrétaire d'Etat Rex Tillerson... sans lui en parler

Rex Tillerson ©EPA

Trump écarte son chef de la diplomatie Rex Tillerson et le remplace par le patron de la CIA Mike Pompeo. A sa place, la président américain nomme Gina Haspel, première femme à la tête de la CIA.

Dans un tweet matinal dont lui seul a le secret, Donald Trump a annoncé le départ de son chef de la diplomatie (ministre des Affaires étrangères) Rex Tillerson, dont il a été reporté par un haut responsable qu'il n'avait pas parlé à Trump et qu'il ignorait les raisons de son limogeage. Il sera remplacé par l'actuel directeur de la CIA, Mike Pompeo. Ce dernier va être remplacé à la tête de l'agence de renseignement par Gina Haspel, qui devient ainsi la première femme à en devenir la directrice.

Des rapports ont fait surface sur une brouille entre Trump et Tillerson, 65 ans, qui avait quitté son poste de directeur général d'Exxon Mobil pour prendre la tête de la diplomatie américaine à l'arrivée de Donald Trump à la Maison blanche en janvier 2017. "Le secrétaire (d'Etat) n'a pas parlé avec le président ce matin et il ignore les raisons, mais il est reconnaissant d'avoir pu servir, et continue à penser que servir le public est une tâche noble qu'il ne faut pas regretter", a déclaré Steve Goldstein, un haut responsable du département d'Etat. Des déclarations qui n'ont visiblement pas plu au président US. Ce dernier a également décidé de congédier Steve Goldstein, un des plus hauts responsables de la diplomatie américaine pour avoir publiquement commenté le limogeage de Rex Tillerson.

Ce que Trump reprochait à Tillerson

Trump a plusieurs fois sapé publiquement les initiatives diplomatiques de Tillerson, encore ce lundi lorsque ce dernier énonçait des commentaires contradictoires à ceux de la Maison Blanche sur la Russie. Pour justifier sa décision, Trump a évoqué des désaccords avec Tillerson, notamment sur l'Iran et son programme nucléaire, dont Pompeo est connu pour être un farouche opposant. "Quand vous regardez l'accord sur le nucléaire iranien: je pensais qu'il était horrible, il pensait qu'il était OK", a expliqué Trump à propos de Tillerson.

"Mike Pompeo, directeur de la CIA, deviendra notre nouveau secrétaire d'État. Il fera un travail fantastique! Merci à Rex Tillerson pour son service! Gina Haspel deviendra la nouvelle directrice de la CIA, et la première femme ainsi choisie. Félicitations à tous!", a twitté Donald Trump.

"En tant que directeur de la CIA, Mike a mérité les éloges des membres de nos deux partis en renforçant notre collecte de renseignements, en modernisant nos capacités offensives et défensives et en tissant des liens étroits avec nos alliés de la communauté du renseignement", a-t-il également déclaré dans un communiqué. Mike Pompeo s'est pour sa part déclaré "profondément reconnaissant". 

Élu député en 2010 après avoir surfé sur la vague du Tea Party, l’aile ultra-conservatrice et anti-establishment du parti républicain, Pompeo est un farouche adversaire du régime iranien et de l’accord nucléaire passé avec l’Iran en 2015.

Il a été l’un des membres en vue de la commission d’enquête sur l’attaque du consulat américain à Benghazi en Libye en 2012, qui avait accusé Hillary Clinton, alors secrétaire d’État, d’avoir minimisé la menace djihadiste dans ce pays.

Cet ancien capitaine de l’armée américaine a notamment été basé à Berlin (à la fin de la guerre froide) et au Koweït (pendant la première guerre du Golfe).

Selon un haut responsable américain, Trump désirait mettre en place une nouvelle équipe avant le début des discussions avec la Corée du Nord et alors qu'il s'attend encore à de nombreuses tractations avec le reste du monde au sujet du libre-échange, lui qui a décidé la semaine dernière qu'il imposerait d'ici deux semaines des taxes de 25% sur l'acier et de de 10% sur l'aluminium.


Lire également

Contenu sponsorisé

Partner content