portrait

Un riche banquier d'affaires à la tête de la Fed

Jerome Powell, républicain et membre du conseil des gouverneurs de la Fed, remplacera Janet Yellen à la tête de la Réserve fédérale américaine dès février 2018. Sa nomination pour quatre ans doit encore être confirmée par le Sénat.

La banque centrale américaine (Fed) change de patron. Le président américain l’a annoncé ce jeudi soir, Jerome Powell remplacera l’actuelle présidente, Janet Yellen, dès février 2018. 

"J'oeuvrerai en faveur de la stabilité des prix et du plein emploi", a indiqué le nouveau président de la Fed, alors que Donald Trump a précisé que Powell "dirigera une banque centrale indépendante". De son côté, Janet Yellen s'est engagée à "travailler avec Jerome Powell" pour "assurer une transition en douceur" à la tête de l'institution.

Partisane d’une régulation financière solide et plutôt proche des démocrates, Janet Yellen a souvent servi de cible au candidat Donald Trump. S’il l’a d’abord accusée de conserver des taux d’intérêt trop bas pour servir les démocrates, il est ensuite revenu sur ses déclarations, pour dire qu’il la trouvait "excellente".

Donald Trump ©AFP

Mais depuis, le président a encore changé d’avis. Avec la nomination de Jerome Powell à la tête de la Réserve fédérale américaine, Trump entend  "imprimer sa marque" sur l’institution et rompre avec la tradition. Car, contrairement à ses prédécesseurs, Janet Yellen n'est pas reconduite pour un deuxième mandat en février 2018.

Jerome Powell, républicain et grand favori de Steven Mnuchin, le secrétaire du Trésor américain, s’inscrit pourtant dans la continuité de Janet Yellen. Partisan des taux d’intérêt bas, il a voté toutes les décisions de la banque centrale depuis sa nomination au conseil des gouverneurs de la Fed en 2012.

"Trouver quelqu’un qui s’engage à ne pas augmenter trop rapidement les taux d’intérêt était un point clé pour Donald Trump."
Washington Post

"Trouver quelqu’un qui s’engage à ne pas augmenter trop rapidement les taux d’intérêt était un point clé pour Donald Trump", écrit le Washington Post, citant anonymement deux conseillers du président. Mais Jerome Powell, qui a servi comme sous-secrétaire du Trésor sous l'administration Bush père, n’est pas non plus la copie masculine de l’actuelle patronne de la Fed.

Il devra d’ailleurs, comme l’écrit le Washington Post, apporter sa "touche Wall Street". L'ancien banquier d’affaires de 64 ans - il a notamment travaillé pour le fonds d'investissement Carlyle - plaide pour un aménagement de la réglementation bancaire mise en place après la crise de 2008.

Janet Yellen, actuelle présidente de la Fed, et Jerome Powell, favori pour prendre sa succession. ©AFP

Une prise de position qui n’est pas pour déplaire à la Maison Blanche. "Evidemment, les règles ont leur rôle à jouer mais elles devraient toujours tenir compte de l'impact qu'elles ont sur les marchés, c’est un équilibre qu'il faut constamment évaluer", a-t-il déclaré début octobre lors d'une réunion de banquiers, d'avocats et d'investisseurs. "Réglementer plus n'est pas la meilleure réponse à n'importe quel problème".

Ancien avocat, Jerome Powell n’a pas de doctorat en économie, "du jamais-vu depuis trois décennies", précise le Wall Street Journal, mais il a passé, selon la presse américaine, ses cinq derrières années à apprendre tout ce qu’il pouvait sur l’économie et sur les détails techniques de la Fed. "C’est quelqu’un qui fait ses devoirs", confie l’un de ses anciens collègues.

Et malgré son penchant pour le travail et son compte en banque bien garni - son activité de banquier d’affaire a fait de lui l’un des plus riches membres du conseil de la Fed - Jerome ou "Jay" Powell est décrit par ses proches comme quelqu’un de "tellement normal que ça en devient exaspérant". "Il aime se rendre au travail à vélo", écrit le Washington Post, "il ne boit pas beaucoup, joue à la guitare et au golf". Une passion qu’il partage d’ailleurs avec le président.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés