Un "socialiste" élu maire de New York

©AFP

Les New-Yorkais ont élu mardi un démocrate résolument ancré à gauche, Bill de Blasio, pour tourner la page de leur maire milliardaire Michael Bloomberg, au pouvoir depuis 12 ans.

Les New-Yorkais ont exprimé en masse leur désir de changement. Le candidat démocrate à la mairie de la grosse pomme, Bill De Blasio a écrasé avec plus de 73% des suffrages son adversaire républicain Joe Lhota, selon des résultats encore partiels (56% des bulletins de vote ont été dépouillés).

Marqué à gauche et auteur d'une campagne électorale axée sur la réduction des inégalités, cet Italo-américain de 53 ans succéde à l'homme d'affaires Michael Bloomberg, en fin de troisième mandat.

"Les New-Yorkais ont demandé haut et fort une nouvelle direction pour notre ville, unis dans l'idée qu'aucun New-Yorkais ne doit être laissé sur le bord du chemin", a déclaré de Blasio, mardi soir, remerciant ses supporters, entouré de sa femme et de leurs deux enfants métis, qu'il avait placés au centre de sa campagne.

De Blasio s'est en effet appuyé sur sa famille mixte, une "modern family" composée de sa femme Chirlane McCray, poétesse, ancienne lesbienne extrêmement active, et leurs deux enfants, Chiara, 18 ans et Dante, 16 ans. L'adolescent arborant une impressionnante coiffure afro et qui accusait dans un clip de campagne la police new-yorkaise de cibler injustement les jeunes noirs avec sa politique "stop-and-frisk" (interpellation et fouille), soutenue par le maire sortant.

Une famille à l'image d'une ville de New York multiraciale, désormais à 33,3% blanche, 25,5% noire, 28,6% hispanique et 12,7% asiatique.

 

"Ce socialiste va ruiner les finances publiques"

Son adversaire Joe Lhota, ancien adjoint au maire de Rudolph Giuliani, le prédécesseur de Bloomberg, a souvent qualifié Bill de Blasio de "socialiste", assurant que sa victoire serait synonyme de hausse de la délinquance et d'une gestion calamiteuse des finances publiques.

En réponse, Bill de Blasio, s'était positionné du haut de son 1,95 m comme un "progressiste, fier de l'être", défenseur des classes moyennes, des familles et des minorités.

Il a beaucoup promis, dénoncé jour après jour les inégalités dans la ville qui compte quelque 400.000 millionnaires et le plus de milliardaires au monde, mais dont 21% de la population vit en-dessous du seuil de pauvreté.

Il s'est engagé à construire 200.000 logements sociaux, à défendre les hôpitaux de quartier et à remplacer le chef de la police, en raison de la pratique controversée des fouilles de piétons visant surtout les jeunes noirs et latinos.

Son idée phare est d'imposer plus lourdement les New-Yorkais les plus riches, pour financer l'école maternelle pour tous les enfants dès 4 ans.

Le nouveau maire doit désormais faire face à plusieurs défis de taille en maintenant par exemple le taux de criminalité au niveau actuel historiquement bas et en trouvant un accord salarial avec les employés municipaux de la ville.

New York devrait accuser cette année un déficit budgétaire de 2,2 milliards de dollars et, selon les estimations de l'équipe municipale sortante, les revendications des syndicats des agents municipaux pourraient coûter à la ville entre 4 et 8 milliards de dollars.

 

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés