Publicité
Publicité

Une personne arrêtée dans l'affaire des colis suspects

Deux colis suspects ont été retrouvés aux domiciles d'un sénateur démocrate et d"'un ex-patron des renseignements à New York. ©AFP

Un homme âgé d’une cinquantaine d’années a été interpellé vendredi matin en Floride. Il est suspecté d'être lié aux douze colis envoyés à des opposants de premier plan à Donald Trump. Le suspect est selon les premiers éléments de l'enquête un républicain connu de la justice

Une personne a été arrêtée dans l’enquête sur les colis suspects adressés à des personnalités anti-Trump, a indiqué une porte-parole du ministère américain de la Justice. C’est la première arrestation depuis le début de l’enquête, alors que le nombre de colis suspects retrouvés depuis lundi a grimpé à douze vendredi matin. Un sénateur démocrate et un ex-patron des renseignements, Cory Booker et James Clapper, ont également reçu des colis suspects ces dernières heures.

Aucun engin n’a explosé, mais d’importants moyens ont été mobilisés.

Selon les médias américains, un homme âgé d’une cinquantaine d’années a été interpellé vendredi matin en Floride. Cette interpellation a eu lieu sur le parking d’un magasin de pièces détachées à Plantation, au nord de Miami. Les chaînes de télévision montraient des agents fédéraux en train d’embarquer un van blanc recouvert d’une bâche bleue. Sur sa camionnette blanche, qui a été saisie par les autorités, étaient collés de nombreux autocollants à l'effigie du président Donald Trump et du vice-président Mike Pence, ainsi qu'une pancarte "CNN SUCKS" ("CNN, ça craint"), selon une capture d'écran publiée sur Twitter par un journaliste de la chaîne de télévision.

Le suspect, un républicain connu de la justice

L'homme soupçonné d'avoir envoyé cette douzaine de colis piégés est un républicain de Floride âgé de 56 ans et connu des services judiciaires, selon les premières constatations faites par la police. Cesar Sayoc a été arrêté à plusieurs reprises ces dernières années, notamment dans une affaire dans laquelle il était accusé d'avoir menacé d'utiliser une bombe. En fin de soirée, la justice US a confirmé que les empreintes digitales retrouvées sur les colis correspondaient à celles du suspect alors que le FBI précisait que d'autres paquets étaient encore en circulation. 

Des colis contenant des bombes artisanales ont été adressés ces derniers jours à l’ancien président démocrate Barack Obama, l’ex-candidate démocrate à la présidentielle de 2016 Hillary Clinton ou encore à l’acteur Robert de Niro, un féroce détracteur du président Trump.

Aucun engin n’a explosé, mais d’importants moyens ont été mobilisés pour mettre la main sur le ou les auteurs de ces envois, qui ont fait monter la tension à l’approche des élections législatives du 6 novembre. Après avoir appelé les Américains au "rassemblement" mercredi à la suite de la confirmation des premières bombes artisanales, Trump a repris ses attaques contre les médias jeudi.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés