Un environnement plus épanouissant pour l’entreprise

Comment accroître l’épanouissement des entreprises belges?

Les Belges désignent quatre de changements fondamentaux « prioritaires »: améliorer l’éducation (58%), réduire les charges sur le travail (56%), changer les mentalités de tout le monde et surtout des politiciens, des syndicats et des médias (52%), et poursuivre la simplification administrative (50%).
Les entrepreneurs n’ont pas exactement les mêmes priorités, puisqu’ils placent le changement des mentalités en tête, devant la baisse des charges, la simplification administrative et la baisse de l’impôt des sociétés.
Pour les entrepreneurs, c’est clair, la baisse des impôts est plus importante que les subsides et autres aides publiques (78%).

La protection sociale joue également un rôle majeur, mais les Belges sont divisés sur son mode de financement : 36% d’entre eux estiment qu’ils devraient bénéficier de la même protection que les salariés sans devoir contribuer plus (les entrepreneurs sont 57% à être de cet avis) ; 31% privilégient l’accès à des assurances privées fiscalement avantageuses et 21% estiment logique que les indépendants touchent moins que les salariés, puisqu’ils cotisent moins.

Pour améliorer l’environnement de l’entreprise, le débat politique doit évoluer et accepter de remettre en cause certains pans du fonctionnement de l’Etat. Ainsi, 56% des Belges pensent qu’il faut « d’urgence » dégraisser l’administration pour la rendre moins coûteuse, et à peine 5% d’entre eux considèrent que ce point est non négociable ! De même, la majeure partie des sondés (52%) estiment qu’il faut rapidement permettre de transférer les pensions et assurances complémentaires d’un emploi à l’autre.


Par contre, certains tabous tiennent bon: 48% de la population considère comme « non négociable » l’idée de réduire la protection du travailleur en cas de licenciement (12% des sondés veulent que cela soit réalisé d’urgence), et 47% refusent catégoriquement l’idée d’un relèvement de l’âge effectif de la pension, alors que c’est une mesure urgente pour 11% des Belges.







(*) Enquête menée par XGM en décembre 2007 par questionnaires sur Internet sur un échantillon pondéré de quelque 5.000 personnes.

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés