Aides à la création d'entreprise

Le fonds de participation a remis son rapport d'activités 2006. Il a financé pour 74,5 millions des nouvelles activités économiques en 2006. Les prêts permettent de créer en moyenne par jour 7 PME.

(l'écho) Le fonds a longtemps souffert d'un manque de visibilité auprès des banques, premier partenaire. A présent, les demandes sont en augmentation, le nombre de prêts octroyés aussi. Ces trois dernières années il a en effet connu une forte croissance. Et la tendance se poursuit en 2007. Ainsi sur ce premier trimestre, un peu plus de 24 millions ont déjà été accordés. L'objectif revu est d'offrir 100 millions de prêts, au lieu des 50 millions initialement prévus. «Les prêts permettent de créer en moyenne par jour 7 PME, 10 jobs pour un montant de 450.000 euros», commente Sabine Laruelle, ministre des classes moyennes.

Le fonds de participation en détail

Il y a les prêts pour ceux qui démarrent (starteo), ceux qui veulent se développer (optimeo), les prêts de lancement... Le fonds de participation est aussi le seul à prêter aux indépendants. Dans tous les cas, le fonds prête seul ou en co-financement avec une banque. Il ne prend pas part à la gestion de l'entreprise. « Notre cible est la très petite entreprise. Et bien souvent les initiateurs n'ont pas envie que l'on s'immisce dans leur gestion», précise Marc Van den Bergh, directeur général du fonds. Pendant deux ans, l'entrepreneur bénéficie, toutefois, d'un accompagnement (stratégique, juridique, marketing...).

En résumé

Cette institution fédérale octroie des prêts subordonnés aux indépendants et aux demandeurs d'emploi pour lancer leur propre activité. Le but est d'offrir une chance aux personnes qui se voient refuser un prêt auprès des banques. Le fonds octroie des prêts entre 5 et 10 ans. Il assure aussi en parallèle un accompagnement global de 2 ans aux nouveaux entrepreneurs.

SRIB

D'autres structures similaires existent au niveau régional. Ainsi, la société régionale d'investissement bruxelloise (SRIB) prend part au capital d'entreprise en démarrage. Dans ce cas, à la différence du fonds fédéral, la SRIB prend part à la gestion de l'entreprise. Au fonds de participation, on se contente du rôle d'une banque assez souple. S. D

Publicité
Publicité

Echo Connect