L'avenir passe par le commerce local

Le Schéma directeur du quartier Léopold va vers la mixité des fonctions. Bureaux, logement, culture, infrastructures et… commerces !

(l'écho) - Le Schéma directeur du quartier européen prévoit, à côté de ses ambitions en matière de bureaux, de logement et de culture - sans oublier l'espace public et les infrastructures -, une série d'idées sur la manière de (re) développer le commerce dans le quartier Léopold (voir encadré). Mais ces idées ne pourront prendre forme, dit Bénédicte Wilders (cabinet de Benoît Cerexhe, ministre bruxellois de l'Économie), que si « nous disposons d'un bon outil qui fait le point ». C'est la raison pour laquelle une étude a été commandée au bureau spécialisé AMCV-Augeo. Nous avons pu y jeter un coup d'œil.


Cette étude a un double objectif, dit-on chez AMCV-Augeo, établir le diagnostic de la dynamique commerciale actuelle dans le quartier européen de Bruxelles (voir ci-dessous) et déterminer les actions à y mettre en place pour optimiser le développement futur du commerce (voir ci-contre).


Le quartier Léopold ne compte en son sein qu'un seul pôle commercial, la place du Luxembourg, à laquelle s'ajoutent quelques concentrations de commerces le long de l'un ou l'autre axe (avenue des Arts, rue Archimède/rond-point Schuman) et un pôle situé en bordure du quartier, la place Jourdan. Ce n'est pas grand-chose et, surtout, la nature de ces commerces est fort variable, la qualité moyenne et les accès peu aisés (parking).

 

Potentiel


Or, le quartier Léopold recèle une clientèle potentielle importante, sur les plans quantitatif et qualitatif : 32 000 personnes employées rien que par les institutions européennes, 52 000 autres employées par d'autres institutions publiques ou des entreprises. Ces 84 000 clients en deviendraient 105 000 dans un délai d'un peu plus de dix ans. Seulement voilà, ces clients ne disposent pas de beaucoup de temps. Pour l'essentiel, ce sont des navetteurs et leur présence dans le quartier se limite donc à la semaine et un peu avant, pendant et un peu après les heures de bureau.


«Il est donc indispensable, dit-on chez AMCV-Augeo, que les commerçants rentabilisent leurs investissements sur des plages horaires très courtes, ce qui explique les prix plus élevés pratiqués dans le quartier » pour des prestations du type HoReCa ou services (coiffeur, etc.).
Il n'y a pas que les clients qui viennent travailler dans le quartier Léopold, il y a aussi ceux qui y habitent et ceux qui devraient y habiter si les ambitions du Schéma directeur devenaient réalité. Hélas, le nombre actuel des habitants vivant dans le quartier au sens strict (périmètre zone levier, axe Cinquantenaire Parc royal avec la rue de la Loi comme colonne vertébrale) ne dépasse pas les 2 000 unités, ce qui donne une densité (1 362 habitants/km²) quatre fois inférieure à la moyenne bruxelloise (6 128 habitants/km²), laquelle est déjà inférieure à celle de bien d'autres capitales. À titre de comparaison, la densité de Paris « intra muros » est de 20 000 habitants/km².


Si l'on prend en compte les habitants installés dans le quartier au sens large (périmètre accord tripartite, entre la chaussée de Louvain et la rue du Trône), on arrive au chiffre de 33 000, soit 10 000 habitants/km². C'est 50 % de plus que la moyenne bruxelloise et le chiffre de 33 000 devrait passer à 38 000 d'ici dix ans si les projections du Schéma directeur sont correctes. Sur ces bases, il est impossible de maintenir en vie et a fortiori de développer une activité commerciale au cœur du quartier, même si sa population augmente de 50 % comme le souhaite le gouvernement bruxellois. Il faut donc mener une politique reposant à la fois sur la densification du quartier (= augmenter ses habitants pour que leur nombre permette la survie et le développement d'une activité commerciale) et l'amélioration du mix commercial (= élargir l'offre pour attirer les habitants). L'un ne peut aller sans l'autre - et inversement. C'est toute la difficulté.

J. Bl.

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés