La franchise, un concept gagnant en distribution et restauration

Une étude sur le secteur belge de la franchise montre que cette formule limite le taux d'echec. Il y aurait, selon l'enquête, deux fois moins de fermetures pour les enseignes en franchise.

(l'écho) E n préambule au Salon de la franchise qui se tient ces mercredi et jeudi sur le site bruxellois de Tour & Taxis, Ernst & Young a mené une enquête qualitative sur le secteur.

Bilan de l'enquête

Les franchises belges présentent de bons résultats mais restent moins développées que dans les pays voisins. On compte une centaine d'enseignes en Belgique alors qu'on en recense un millier en France.

L'an dernier le secteur exploitait environ 10.000 points de vente sur le territoire belge dont 500 nouveaux points de vente créés.

Moins d'échecs

Parmi les points d'exploitation gérés selon cette formule - un entrepreneur indépendant intégré dans un réseau bien établi - le taux annuel de fermetures est de 3,3% contre 7,9% au niveau national. Dans le secteur de la distribution et de la restauration, cette formule réussit souvent mieux que les formules traditionnelles.

Clés de réussite

«C'est certainement lié à la sélection et à la formation des candidats franchisés, explique Didier Depreay, président de la fédération. Ils sont aussi suivis de près pendant tout leur parcours au sein de leur enseigne, ça permet de corriger rapidement le tir.»

  • Rares sont ceux qui en font leur premier métier.
  • La moyenne d'âge pour se lancer dans le métier est d'environ 35 ans.
  • 47% des nouveaux entrants viennent d'un carrière d'employé et 28% sortent d'un parcours d'indépendant.
  • Enfin, chose plus rare dans le monde économique, le secteur respecte une parité presque parfaite homme- femme.

Perspectives

Même si la Belgique est quelque peu à la traîne, l'enquête note la création envisagée de 12.000 emplois nets au cours des trois prochaines années.

J.-M. L.

Publicité
Publicité

Echo Connect