Transmettre sa société de père en fils, un concept rentable ?

Faire évoluer l'entreprise de génération en génération n'est pas tâche aisée. A chaque génération, la branche familiale s'agrandit. Or ces nouvelles branches n'évoluent pas toujours dans le même sens.

(l'écho) A l'instar des arbres qu'il faut tailler chaque année, il est important d'élaguer au niveau de l'entreprise: vendre, choisir le management, diviser. Le Centre d'étude pour l'entreprise ((Ehsal- KUBrussel) ont mené l'étude sur base de 17 cas d'entreprise.

Comment éviter les conflits

  • Mettre sur pied une structure de gouvernance qui rend la complexité gérable, par exemple un conseil de famille et une charte
  • Vendre tout ou partie de l'entreprise à des tiers
  • Elaguer la structure pour en alléger sa complexité soit au niveau de l'actionnariat, soit au niveau de la direction ou sur les 2 plans

Tailler l'arbre régulièrement

Très souvent au fil des générations, le nombre de propriétaires de l'entreprise diminuera. Car fréquemment, les frères et soeurs vendront et s'achèteront mutuellement les parts. En finale, il subsiste aussi moins de dirigeants familiaux. Mais dans certains cas, les parts pourront être achetées d'autres branches de la famille, comme les parts des neveux ou nièces. Une autre solution consiste à diviser les différentes activités de l'entreprise en entités indépendantes. Par contre, il n'est pas nécessaire d'éliminer les actionnaires passifs, qui ne s'occupent pas de la gestion journalière.

Le plus étonnant c'est que ce n'est que quelques années après l'entrée officielle des nouvelles générations que les tensions et les conflits surgissent et qu'il faudra alors solutionner en élaguant. Il faut donc mieux élaguer lors de la transmission à la nouvelle génération plutôt qu'après.

Simplifier

Lorsqu'il est question de simplification, la demande émane en général des actionnaires qui veulent racheter d'autres actionnaires. La raison majeure de cette simplification consiste qu'en cas de nouvelle stratégie, il est plus facile d'obtenir l'accord s'il n'y a qu'une poignée d'actionnaires à convaincre. D'autres arguments invoqués pour simplifier la structure actionnariale sont que les actionnaires passifs sont plus intéressés par le dividende que par les investissements propres à développer l'entreprise ou que le neveu X est hiérarchiquement placé au-dessus de l'oncle Y.

E.R.

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés