Listeria, sécheresse, dépréciations, le tiercé perdant de Greenyard

©Greenyard

La contamination à la listeria de son usine hongroise et la canicule de l’été ont fait plonger les comptes de Greenyard dans le rouge. Le groupe maintient néanmoins ses prévisions de bénéfice pour l’année.

Il n’y avait pourtant pas de quoi se précipiter. Publiés 10 minutes avant la clôture des cotations sur Euronext Bruxelles — au grand dam de la FSMA, qui va examiner l’affaire de plus près -, les résultats de Greenyard  , le spécialiste des légumes frais et surgelés, ont subi le contrecoup de la sécheresse de l’été, de dépréciations d’actifs et de la contamination à la listéria dans son usine hongroise. Le premier semestre de son exercice décalé se traduit par un recul de 3,6 % du chiffre d’affaires, qui passe sous la barre des 2 milliards d’euros (1,98 milliard), activités d’horticulture non comprises. Pour rappel, celles-ci ont été vendues au fonds d’investissement Straco pour 120 millions d’euros, une somme qui servira à rembourser un emprunt obligataire de 150 millions d’euros venant à échéance le 5 juillet 2019.

Côté rentabilité, c’est la bérézina plus ou moins attendue. L’excédent brut d’exploitation récurrent (Rebitda) subit une véritable dégelée (-39,9 % à 41,2 millions d’euros). C’est surtout le segment Fresh qui paie l’addition (-49 %). Le résultat net passe quant à lui largement dans le rouge: -68,1 millions d’euros pour les activités poursuivies. À elle seule, la contamination à la listeria dans l’usine hongroise a entraîné une perte de 22,6 millions.

"Nos résultats reflètent la forte concurrence et les conditions difficiles sur nos marchés principaux", résume Hein Deprez, le CEO de Greenyard. L’affaire de la contamination à la listeria aura coûté au groupe un total de 28 millions d’euros. C’est un peu mieux que les 30 millions annoncés précédemment.

Ces chiffres peu reluisants n’empêchent pas Greenyard de maintenir ses prévisions — déjà revues à la baisse — du mois d’août. Le Rebitda sous-jacent devrait baisser de 25 % par rapport à l’exercice 2016-2017.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect