Publicité
Publicité

À l'instar du Brussels Beer Project, les brasseurs réinvestissent Bruxelles

Le Brussels Beer Project a misé sur le transport fluvial pour acheminer les dernières cuves de sa nouvelle brasserie. ©Kristof Vadino

La capitale compte une dizaine de brasseurs actifs en ses murs. Une renaissance qui doit beaucoup au Brussels Beer Project, dont le nouveau site est quasiment prêt.

Les brasseurs reconquièrent peu à peu Bruxelles. Alors qu'il y a trente ans, à la suite de la fermeture de la brasserie Wielemans, il n'y avait quasiment plus que Cantillon qui brassait dans la capitale, s'y côtoient aujourd'hui la Brasserie de la Senne, Brussels Beer Project, En Stoemelings, La Source, L'Ermitage, La Jungle, No Science... Et deux de ces nouveaux venus ont allié la manière et la présence industrielle. Après La Senne, qui a construit sa nouvelle brasserie à côté du site de Tours & Taxis, c'est au tour du Brussels Beer Project (BBP) de redonner une vie productive à un autre quartier de la ville, au Bassin de Biestebroeck, le long du canal, à Anderlecht. Leur nouvel écrin est presque achevé: les quatre dernières cuves de fermentation y ont été acheminées ce mardi par bateau.

"On réalisera notre premier brassin le 8 décembre prochain."
Sébastien Morvan
Cofondateur BBP

"La salle de brassage et douze des cuves de fermentation ont été installées ces quatre derniers jours, détaille Sébastien Morvan, cofondateur du BBP. Les lignes de mise en bouteilles, en cannettes et en fûts suivront le mois prochain. On réalisera notre premier brassin le 8 décembre prochain. Et on ouvrira notre tap room ainsi que notre 'beer garden' au public en mars 2022."

Devenir le 1ᵉʳ brasseur bruxellois

"On passe à une capacité de 35.000 hectolitres par an et on pourra monter à 50.000 en ajoutant huit cuves."
Olivier De Brauwere
Cofondateur, BBP

Le budget de 6 millions d'euros sera tenu, à quelques dépassements près, assure son associé Olivier De Brauwere. Le fonds Invest For Jobs et la banque BNPP Fortis ont financé le projet, le premier en capital, le second en prêt. "Nous avons pour ambition de produire de gros volumes, poursuit De Brauwere: on passe à une capacité de 35.000 hectolitres par an et on pourra monter à 50.000 en ajoutant huit cuves. On va doubler de taille. Et dès 2022, nous serons sans doute le brasseur produisant le plus à Bruxelles." Il s'agira donc de dépasser la Brasserie de la Senne: on verra dans un an et des poussières si le défi a été relevé.

Une des cuves arrivant sur le site. ©Kristof Vadino

La nouvelle brasserie a été dessinée par le bureau d'architectes Kersten Geers David Van Severen. Celui-ci a emporté un concours qui avait attiré pas moins de 52 candidatures. Le projet, lancé en 2016 par les deux fondateurs du BBP, aura donc mis cinq ans à aboutir. Le résultat est une sorte de grande "boîte magique", avec un toit en pente et une baie vitrée s'ouvrant à mi-hauteur, de manière à laisser voir, depuis le canal ou la piste cyclable, une partie des cuves où fermentera le jus de houblon. Le toit est peint de bandes de couleurs vives qui rappellent les étiquettes des bières phares de la brasserie, dont la Delta.

Le BBP conservera sa petite brasserie de la rue Dansaert, où il laissera ses productions spéciales, telles que les bières gardées dans des fûts de chêne. Il transférera en revanche tout le reste de sa production au Biestebroeck, ce qui signifie qu'il cessera de faire brasser chez Anders. Un processus logique dans son trajet de croissance.

Olivier De Brauwere et Sébastien Morvan, cofondateurs de Brussels Beer Project. ©jonas lampens

Un quartier à redynamiser

"Il ne s'agit pas que d'une brasserie, commente, il s'agit d'un projet développé dans un quartier qui en a besoin, à Anderlecht."
Sébastien Morvan
Cofondateur de Brussels Beer Project

Ses pères ont aussi à cœur d'intégrer leur brasserie dans la ville et dans le quartier avoisinant. "Il ne s'agit pas que d'une brasserie, commente Sébastien Morvan, il s'agit d'un projet développé dans un quartier qui en a besoin. Nous apportons un peu de couleur ici, à Anderlecht, dans une zone en renouveau." Un peu d'offres d'emploi aussi, puisque le BBP compte créer 25 postes supplémentaires, qualifiés et non qualifiés, pour faire tourner la nouvelle machine. Son effectif passera ainsi de 30 à 55 personnes, ou de 50 à 75 si l'on intègre dans le calcul le personnel occupé dans les bars à bière à Bruxelles et Paris.

25 emplois
Recrutements nécessités par la nouvelle brasserie
Le BBP va engager 25 personnes pour faire tourner ses nouvelles installations.

Le terrain a été cédé à la brasserie par le Port de Bruxelles, pour une concession de 40 ans. Les brasseurs ont été sensibles, aussi, au discours du port en faveur du transport fluvial. Raison pour laquelle ils ont fait venir par bateau les derniers fermentoirs. Commandés au bureau d'ingénierie anversois Staes, ces cuves ont été montées en Bulgarie, puis acheminées par camion jusqu'à Anvers, puis par le canal jusqu'au Biestebroeck.

"Ce n'est que le 8ᵉ transport exceptionnel par voie d'eau sur Bruxelles, et le premier pour ces cuves!" souligne Philippe Matthis, directeur général ad interim du port de Bruxelles. "Un mode de transport beaucoup plus durable que la route en termes d'émissions de CO2, de trafic et de maintien en l'état de la voirie."

Le BBP n'exclut pas de s'approvisionner à l'avenir via le canal, mais il faudrait qu'il monte en volume pour parvenir à des quantités suffisantes. Des cargaisons de 50 tonnes de malt ne permettraient pas de remplir des péniches a priori formatées pour plus de 1.000 tonnes. Entre-temps, le port caresse d'autres projets: convaincre les responsables du chantier de la ligne de métro 3 de transporter les 2 millions de tonnes de terre hors de Bruxelles par bateau plutôt que par camion...

Le résumé

  • Après la Brasserie de la Senne, qui a construit près de Tours & Taxis, c'est au tour du Brussels Beer Project (BBP) de redonner une vie productive à un autre quartier de la ville, au Bassin de Biestebroeck le long du canal à Anderlecht.
  • Son nouvel écrin est presque achevé: les quatre dernières cuves de fermentation y ont été acheminées ce mardi par bateau, une manière aussi de faire la promotion de ce mode de transport.
  • La nouvelle brasserie aura une capacité de 35.000 hectolitres et entrera en production le 8 décembre prochain.
  • Elle permettra au BPP de rapatrier toute sa production sur Bruxelles et en site propre.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés