Publicité
Publicité

AB InBev concentre ses forces en Europe

Jo Van Biesbroeck (AB InBev) (©Thierry du Bois) ©Thierry du Bois

C'est l'organisation européenne du groupe qui est repensée. Deux entités seront fusionnées en une seule.

Le géant belgo-brésilien AB InBev redessine son organisation en Europe. Au premier janvier prochain, le premier brasseur mondial n’aura plus qu’un seul interlocuteur sur le Vieux Continent, contre deux aujourd’hui: les zones Europe de l’Ouest et Europe centrale et de l’Est seront fusionnées en une seule.

Et bonne nouvelle pour la Belgique, les quartiers généraux de cette nouvelle zone agrandie seront établis à Leuven. La cité à l’est de Bruxelles abritera donc désormais à la fois le siège mondial du groupe, celui de sa zone Europe et celui de sa business unit "Benefralux" (pour: Belgique, Pays-Bas, France et Grand-Duché).

Publicité
  • Le Belge Jo Van Biesbroeck, qui préside aujourd’hui la zone Europe de l’Ouest tout en assumant le rôle de directeur stratégie pour l’ensemble du groupe, va se concentrer désormais sur la stratégie.
  • Son collègue à la tête de la zone Europe centrale et de l’Est, Stuart MacFarlane, prendra les commandes de toute l’Europe.

Il ne faut pas y voir un désaveur pour Jo Van Biesbroeck, au contraire: suite au rachat du brasseur mexicain Modelo, AB InBev estime peser bien plus lourd à l’international, avec entre autres conséquences que la définition de sa stratégie mondiale requiert encore plus d’importance que par le passé. Jo Van Biesbroeck est donc appelé à consacrer tout son temps à cette mission.

De même, la centralisation de ses activités en Europe doit lui permettre de se renforcer sur un marché considéré par les brasseurs comme très difficile. Les causes sont connues, elles ont nom: population vieillissante, consommation de bière en baisse chronique, réglementations et taxations parfois tâtillonnes et souvent gloutonnes, etc. Les penseurs d’AB InBev estiment que les défis sont relativement les mêmes aux quatre coins de l’Europe. Les opportunités sont également semblables, notamment sur les terrains de l’innovation et de la premiumisation, c’est-à-dire cette tendance à tirer le marché vers le haut (marques plus nobles, etc.). Autant de bonnes raisons de regrouper ses forces européennes, selon le brasseur.

Les dirigeants du groupe sont par ailleurs passés maîtres dans la chasse aux coûts et l’accroissement de l’efficacité. Nul doute que la nouvelle organisation a été imaginée dans ce cadre.

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Messages sponsorisés
Tijd Connect
Echo Connect offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Les partenaires impliqués sont responsables du contenu.
Partnercontent
Partner Content offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Les partenaires impliqués sont responsables du contenu.