AB InBev confirme enfin l'IPO de ses activités asiatiques

©BELGA

C'est un trimestre en croissance que présente AB InBev, avec des attentes également positives pour le reste de l'exercice. Mais avant tout, le groupe brassicole belgo-brésilien confirme son intention de mettre sur les marchés une partie des actions de son activité Asie-Pacifique.

Croissance, succès de la stratégie, réalisation des ambitions, c'est avec le sourire que la direction d'AB InBev présente les résultats trimestriels du brasseur. Mais ce qu'on retiendra surtout, c'est la confirmation du groupe d'une prochaine IPO de ses activités asiatiques. 

En effet, alors que les rumeurs circulaient depuis quelque temps, le groupe brassicole officialise enfin son intention de mettre sur le marché de Hong Kong une minorité d'actions de ses activités Asie-Pacifique. "Un processus d’introduction en Bourse dépendra d’un certain nombre de facteurs, y compris, sans toutefois s’y limiter, la valorisation et les conditions de marché."  Son objectif? Créer un "champion local". L'opération devrait aussi permettre à l'entreprise de réduire son ratio dette/EBITDA en dessous de 4 d'ici 2020. 

Les banques qui accompagneront AB InBev dans cette opération ont été choisies.

Pour en revenir aux résultats, au cours des trois premiers mois de l'exercice, le bénéfice (normalisé attribuable aux porteurs) a quasi doublé passant de 1,44 milliard de dollars en 2018 à 2,52 milliards de dollars. Par action, il ressort à 1,27 dollar. Le bénéfice par action sous-jacent se tasse, pour sa part, à 0,79 dollar; un recul qu'AB InBev attribue aux fluctuations des taux de change.

Les produits s'établissent à 12,59 milliards de dollars. Le groupe se targue, d'une croissance des produits par hl de 4,6 %. Les volumes totaux ont crû de 1,3% (+ 1% pour les bières, +4,9% pour les non-bières). Le géant brassicole mondial a vendu au cours du trimestre 133 millions d'hectolitres de bière. 

L'EBITDA s'élève à 4,99 milliards de dollars (+8,02%). Les analystes de Reuters tablaient toutefois sur un EBITDA de 5,06 milliards. La marge EBITDA normalisée est de 39,6%.

AB InBev dans le monde

→ Aux États-Unis: Le groupe fait face à un changement du comportement du consommateur. "Les consommateurs se tournent vers des segments plus chers, nos marques core, core light et bon marché essuyant une perte de part de marché estimée de 100 points de base au 1e trimestre." Les États-Unis affichent une croissance de produit de 1,6%. L'EBITDA croît de 2,5%.

Le groupe a aussi perdu des parts de marché dans segment "bon marché" canadien. 

→ Au Mexique: C'est une progression modérée qui est enregistrée. "Les produits ont progressé d’un chiffre dans le bas de la fourchette", lit-on dans le communiqué. L'EBITDA enregistre une croissance à deux chiffres.

→ La Belgique affiche une hausse de volumes d’un chiffre dans la moyenne de la fourchette. En cause notamment les gains obtenus dans les circuits de consommation sur place et à domicile.

→ Bon début d'année au Brésil. Les produits totaux sont en hausse de 16,7 %. "Nous continuons de gagner de la part de marché dans notre segment premium en croissance, grâce à notre portefeuille de marques mondiales affichant des taux de croissance supérieurs à 50 % et à nos marques premium locales qui ont enregistré une hausse à deux chiffres."

→ En Chine, les produits ont enregistré une hausse de 7,8 %, stimulée par une croissance des produits par hl de 9 %, et une baisse des volumes de 1,1 %.

AB InBev dans l'avenir

Côté prévisions, AB InBev s'attend pour son exercice 2019 à des produits et un EBITDA en "forte croissance". "Nous devrions enregistrer une croissance des produits par hl supérieure à l’inflation grâce à la premiumisation et aux initiatives de gestion des revenus, tout en maintenant les coûts en dessous de l’inflation."

Quant à son endettement, AB InBev indique que  la structure de capital optimale demeure un ratio endettement net/EBITDA aux alentours de 2 fois. "Nous prévoyons un ratio endettement net/EBITDA inférieur à 4 fois d’ici à fin 2020." Pour l'heure, l'endettement dépasse les 100 milliards de dollars.

Notons enfin l'annonce d'un dividende "attendu en hausse au fil des temps". À court terme, la croissance devrait toutefois rester modeste afin de permettre au groupe de poursuivre son désendettement.  

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect