Le coronavirus a déjà coûté 170 millions de dollars à AB InBev

L'Ebitda du brasseur belgo-brésilien a diminué plus nettement qu'attendu au quatrième trimestre, mais le groupe proposera un dividende total de 1,8 euro comme l'an dernier. Cela ne l'empêche pas de juger l'exercice très décevant.

Le premier brasseur mondial a réalisé des résultats proches des attentes des analystes au quatrième trimestre 2019. Ses volumes totaux ont augmenté de 1,6%, ce qui est un peu mieux que le consensus des analystes qui tablait sur un repli de 0,1%. Son Ebitda normalisé a diminué de 5,5% à 5,34 milliards de dollars, soit un recul plus fort qu'attendu (-1,9% à 5,7 milliards). Quant à son chiffre d'affaires trimestriel, il a crû de 2,5% (croissance interne) à 13,3 milliards de dollars, quasiment dans les clous des prévisions des analystes qui avaient prédit une progression de 2,6%. Au final, son bénéfice normalisé attribuable a chuté à 962 millions de dollars, contre 1,4 milliard au quatrième trimestre 2018.

Pour l'exercice entier, AB InBev a vu ses volumes totaux augmenter de 1,1%. Son chiffre d'affaires a crû (croissance interne) de 4,3% à 52,3 milliards de dollars. L'Ebitda normalisé a progressé de 2,7% à 21,07 milliards, mais la marge Ebitda a diminué de 65 points de base à 40,3%. Son bénéfice normalisé attribuable a crû de 29% à 8,08 milliards de dollars contre 6,24 milliards. Quant au bénéfice par action normalisé, il s'est élevé à 4,08 dollars contre 3,16 dollars.

8,08 milliards de dollars
Bénéfice net normalisé d'AB InBev
Le bénéfice normalisé d'AB InBev a atteint 8,08 milliards de dollars sur l'année, contre 6,24 milliards en 2018.

AB InBev proposera à ses actionnaires réunis en assemblée générale le 29 avril prochain de distribuer un solde de dividende de 1 euro par action, soit un dividende total pour 2019 de 1,80 euro, comme l'année précédente.

Bien en deçà de ses propres attentes

"Notre performance en 2019 est bien en deçà de nos attentes", souligne le brasseur dans son communiqué en ajoutant qu'il n'est pas satisfait de ses résultats. Il avait, pour rappel, abaissé ses prévisions lors de la publication de ses chiffres au troisième trimestre. "Nous tirerons les enseignements de 2019", commente-t-il encore.

"Notre performance en 2019 est bien en deçà de nos attentes et nous ne sommes pas satisfaits de nos résultats."
AB InBev, extrait du communiqué

Les principales raisons de cet exercice médiocre, AB InBev les voit dans la hausse annuelle plus forte des prix des produits de base et des effets de change, qui ont freiné la croissance de l'Ebitda de quelque 200 points de base. Il les voit aussi dans des contextes macroéconomiques difficiles dans plusieurs de ses marchés phares, qui ont réduit les revenus disponibles des consommateurs et entraîné de facto une baisse de la consommation. Quand on analyse l'évolution des volumes par région, ce sont les marchés nord-américains et d'Asie Pacifique qui ont enregistré des reculs sur l'année: -2,4% et -2,9% respectivement.

Pour remonter la pente, le groupe mise sur sa stratégie d'extension des catégories, qui vise à la fois à élargir les occasions de consommer de la bière et les types de boissons, sans oublier la poursuite de la prémiumisation, soit la stimulation de la montée en gamme. À noter à ce propos que ZX Ventures, la filiale de croissance disruptive du groupe, a représenté l'an dernier plus de v15% de la croissance des produits.

Ratio d'endettement net à 4

Son ratio de dette nette est revenu à pile 4 fois l'Ebitda à fin décembre, pour autant qu'on prenne en compte les produits attendus de la cession des activités australiennes. Sa dette s'élevait à 95,5 milliards de dollars au 31 décembre.

Pour 2020, le groupe prévoit une croissance de l'Ebitda de 2 à 5%. Il s'attend toutefois à un premier trimestre difficile en raison de l'impact de l'épidémie de coronavirus sur ses résultats. Il table sur un recul de 10% de son Ebitda sur les trois mois, tout en relevant que la portée de l'ampleur de l'épidémie pourra évoluer.

Ce qui est sûr, c'est que l'impact du coronavirus sur son activité en Chine a déjà entraîné sur les deux premiers mois de l'année une perte de produits d'environ 285 millions de dollars et une perte d'Ebitda de quelque 170 millions d'USD. 

"Pour les deux premiers mois de l'année, l'épidémie a entraîné une perte de produits d'environ 285 millions de dollars et une perte d'Ebitda d'environ 170 millions d'USD en Chine."
AB InBev, extrait du communiqué

Concernant son dividende, le groupe reste évasif: "nous nous attendons à une hausse des dividendes au fil du temps, mais la croissance à court terme devrait toutefois être modeste compte tenu de nos engagements en matière de désendettement", dit-il dans le communiqué. Son objectif reste de ramener le ratio de dette net à 2 fois l'Ebitda.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés