Alpro, c'est 340 millions d'euros d'investissements en 5 ans

"Sur les 5 dernières années, nous avons engagé 370 personnes", souligne Sue Garfitt, la CEO d'Alpro. ©JONAS LAMPENS

Le fabricant belge de crèmes et boissons à base végétale surfe sur la vague flexitarienne et végane. En cinq ans, elle a gonflé ses effectifs de 370 personnes.

L'arrivée constante de nouveaux clients lui permet de garder une croissance à deux chiffres. Les produits Alpro attirent désormais, sur les marchés où elle est présente, trois ménages sur dix, et même un sur deux en Belgique.

En 2019, Sven Lamote a quitté l'entreprise et cédé son siège de CEO à la Britannique Sue Garfitt. Arrivée chez Alpro il y a 6 ans pour diriger les activités britanniques, elle a été en 2017 la première non-Belge à intégrer le comité de direction.

Depuis l'automne 2019, elle tient les rênes d'une entreprise florissante. La croissance est restée supérieure à 10% durant les 5 dernières années. Et même si le chiffre d’affaires n'est plus divulgué, société mère cotée oblige, les dernières données disponibles - 480 millions d'euros en 2015 - donne une idée des sommets atteints.

Extension continue

"En 5 ans, nous avons investi au total 340 millions d’euros et engagé 370 personnes. Et nous continuons de nous étendre sur nos trois sites : l’usine de Wevelgem, la plus grande, et les deux autres à Issenheim, en Alsace, et à Kettering, au centre de l’Angleterre", souligne Sue Garfitt.

370
Sur les cinq dernières années, Alpro a engagé 370 personnes.

Les investissements sont réguliers. "Vu notre croissance, nous devons accroître régulièrement nos capacités de production pour pouvoir suivre", explique Sue Garfitt. Et la crise du Covid-19 n'a pas freiné les ventes, au contraire.

Aujourd'hui, Alpro emploie un peu moins de 1.500 personnes, dont près de 1.000 en Belgique et 750 dans l’usine historique de Wevelgem, à côté de Courtrai.

Créée en 1980, Alpro a grandi sous l'aile du groupe Vandemoortele. Fort endetté à la suite d'une acquisition en France, celui-ci a dû céder en 2009 sa pépite courtraisienne à l'Américain Dean Foods, puis à sa filiale Whitewave, séparée en 2012 au moment de l'entrée de Dean Foods en Bourse. Depuis 2016, Whitewave, et donc Alpro, est propriété du géant français Danone.

Celui-ci n'a pas acheté un chat dans un sac. "La croissance la plus forte actuellement est réalisée en Allemagne, devant le Royaume Uni, notre plus gros marché. Même en Belgique, nous continuons de croître", souligne la CEO d'Alpro.

"La croissance la plus forte actuellement est réalisée en Allemagne."
Sue Garfitt
CEO d'Alpro

Connue au départ comme producteur de soja, l'entreprise belge a élargi sa gamme à partir de 2012 en proposant d'abord des laits d'amande et de noisette, puis des produits à base d'autres végétaux comme l'avoine, la noix de coco ou le riz. "En 2012, nous proposions 30 produits différents. Aujourd’hui, notre offre en couvre plus de 120", dit Sue Garfitt.

Le soja ne représente plus que 40% de la production. Mais cette céréale reste une matière première essentielle pour Alpro, qui insiste beaucoup sur ses qualités nutritives (il est à peu près aussi riche en protéines que le lait et dépourvu de graisses saturées) et de durabilité (moins d'émissions de CO2, consommation d'eau inférieure).

Isoflavones

Des voix scientifiques s'élèvent sur la présence d'isoflavones dans le soja. Ces substances, capables d'induire au sein de l’organisme des effets comparables aux œstrogènes, posent question quant à leurs effets potentiels sur la fertilité et sur la santé.

Chez Alpro, on se dit transparent à 100%. "Aucune étude ne prouve un impact négatif du soja sur le corps humain, mais la consommation doit être modérée. Boire 10 litres d’eau est aussi dangereux pour la santé", dit Ann De Jaeger, porte-parole.

L'entreprise certifie qu'elle dispense une information correcte aux consommateurs. "Nous recommandons de limiter la consommation à deux ou trois produits à base de soja par jour, et à deux maximum pour les femmes enceintes et les enfants en bas âge".

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés