Alpro investit 20 millions d'euros à Wevelgem

Avec ses 350.000 tonnes de produits finis, l'usine de Wevelgem représente 50% de la production globale d'Alpro. ©Photo News

Le fabricant belge de crèmes et boissons à base végétale investit dans son usine de Wevelgem pour répondre à une demande dopée par l'attrait pour le flexitarisme.

Leader européen sur un marché des aliments protéinés à base végétale en plein essor, la société Alpro poursuit son développement en misant sur une offre toujours plus diversifiée et sur les innovations.

Celles-ci portent à la fois sur l'élaboration de nouveaux produits et sur un allègement de l'empreinte environnementale. Alpro, qui célèbre cette année ses 40 ans, entend n'utiliser d'ici 2025 que des emballages 100% recyclables, réduire son empreinte en eau de 60% et ses émissions de CO2 de 30%.

La société flamande, aujourd'hui propriété du géant français Danone, continue par ailleurs d'investir pour répondre à une demande en nette hausse. Au programme, un investissement de plus de 30 millions d'euros dans les usines de Wevelgem et Kettering (Royaume-Uni), dont les deux tiers sur le site belge. Avec ses 350.000 tonnes produites, c'est le plus important des trois sites d'Alpro.

30
millions €
Alpro prévoit un investissement de plus de 30 millions d'euros dans ses usines de Wevelgem et Kettering (Royaume-Uni).

Cet investissement doit notamment servir à produire à partir de l'an prochain les premiers emballages en carton, appelés à se substituer progressivement au PMC. Une innovation qui doit permettre à Alpro de s'adapter à une demande d'aliments à la fois plus sains et plus respectueux de l'environnement.

5 milliards pour 2025

"Avec la pandémie de Covid-19, nos ventes ont progressé de 3 ou 4% supplémentaires", souligne Sue Garfitt, la CEO d'Alpro. Un supplément de croissance qui pousse un peu plus encore l'avantage de l'entreprise sur ce créneau porteur.

"Avec la pandémie de Covid-19, nos ventes ont progressé de 3 ou 4% supplémentaires."
Sue Garfitt
CEO d'Alpro

Chez Danone, la croissance des ventes de produits d'origine végétale est trois fois supérieure à celle des produits laitiers, qui restent le cœur d'activité du groupe. "Quand nous avons repris Whitewave en 2016, les aliments à base végétale représentaient 1,6 milliard d'euros de chiffre d'affaires. Aujourd'hui, ils rapportent près de 2 milliards. Et nous visons les 5 milliards pour 2025", explique Emmanuel Faber, le CEO de Danone.

Cette croissance est plus marquée chez Alpro (+15%) que chez Silk, la filiale américaine de Danone (+8%). La société belge profite notamment de l'essor spectaculaire de marchés comme la Russie ou le Moyen-Orient.

Pour pousser son avantage, le pôle d'aliments à protéines végétales mise à la fois sur une augmentation du taux de pénétration, en ciblant de nouveaux marchés, et sur un accroissement de la fréquence de consommation sur les marchés matures (Allemagne, Royaume-Uni, Belgique...).

Celle-ci passera notamment par une diversification de l'offre. Alpro prévoit ainsi de porter de 7 à 9 le nombre d'ingrédients végétaux utilisés.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés