"Amazon reprend Carrefour": un deal qui aurait du sens

©BLOOMBERG

Depuis l'été, des rumeurs d'un rachat de Carrefour par Amazon planent sur les marchés. Une opération qui ne serait pas dénuée de sens, selon les observateurs. Voilà pourquoi.

Le titre Carrefour s'inscrit ce mardi à la hausse en Bourse à Paris. Le groupe français de distribution fait l'objet d'une rumeur persistante depuis l'été: Amazon pourrait reprendre Carrefour. Pour le magazine "Valeurs Actuelles", une telle opération ne serait pas totalement dénuée de sens.

Pourquoi?

-> Etendre son empire du digital au physique: "Souvenez-vous qu’Amazon a commencé par tuer les librairies aux États-Unis avant d’en ouvrir lui-même", lance Xavier d’Ornellas, gérant associé chez Amplegest, cité par Valeurs Actuelles. Depuis le printemps, Amazon compte en effet sa première boutique "physique" à New York. "Les grands distributeurs ont détruit le petit commerce en France. Maintenant, c’est Amazon qui va les tuer."

Relire notre article: L'empire Amazon inquiète

Outre la librairie, Amazon s'est aussi développé dans les magasins alimentaires "physiques" en rachetant 13,7 milliards de dollars l'enseigne bio, Whole Foods. Le magazine rappelle qu'en alliant le digital au physique, Amazon a résolu un problème de logistique de plus de 10 milliards de dollars par an: il offre ses produits au plus près de ses clients finaux grâce aux entrepôts de Whole Foods Market. Le géant de l'internet s'est ainsi véritablement lancé dans la grande distribution alimentaire.
Et cerise sur le gâteau, ce rachat a mis 
la pression sur la concurrence comme Ahold Delhaize, très présent de l'autre côté de l'Atlantique.  

A contrario, on reproche souvent à Carrefour de n'avoir pas su négocier le virage vers le digital, là où d'autres rivaux comme Leclerc y sont parvenus.

-> L'alimentation, une pépite: L'alimentaire n'est pas un nouveau domaine d'activité pour le géant américain. Il avait déjà eu l'ambition, il y a plusieurs années de concurrencer la grande distribution classique en vendant des produits alimentaires via son épicerie en ligne. Amazon a aussi déjà à son actif un accord avec l'Espagnol Dia et le Britannique Morrisons afin de pouvoir proposer les prix le plus bas.

Les géants technologiques, tels que les Amazon et Google, ne sont par ailleurs pas aveugles aux potentiels qu'offrent ce secteur d'activité. Le retail représente en effet 90% des ventes à l'échelle mondiale. L'alimentaire représente 95% de ce gâteau; une belle part. 

-> Objectif Europe: Pour Amazon, une telle opération serait aussi le moyen de s'installer en Europe.  De plus, Carrefour n'étant pas présent aux Etats-Unis, l'opération pourrait être simplifiée.  

-> Carrefour, une paille pour Amazon: Face à tant d'éléments favorables à une reprise du Français par le géant américain, les analystes ont sorti leurs calculettes. Carrefour, c'est 13 milliards d'euros en Bourse; Amazon près de 400 milliards , soit 30 fois plus pour des chiffres d'affaires semblables à quelque 100 milliards d'euros.

En outre, l'action Carrefour n'est pas chère pour le moment. Elle constitue la 2e plus mauvaise performance du Cac40 depuis le début de l'année.

Les éléments sont ainsi nombreux à être favorables à un rachat de Carrefour par Amazon. Seul bémol, chez Kleper Chevreux, on estime qu'un partenariat entre Google et Carrefour serait une "option plus crédible".

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés